Achetez Dieu

samedi 7 mars 2015
par  sylvain
popularité : 49%

Vance Eichler pouvait être content, son émission "Don Love" avait marché du feu de Dieu pour sa première édition. Le retour des spectateurs sur les messages d’amour présentés par Don Love, avec sa figure de prophète qui donnait envie aux hommes de le protéger et aux femmes de le materner, était excellent, peut être même trop pour vendre une simple lessive. Mais bon, c’est le boulot.

N’empêche que Yates, le magnat qui possédait presque 50 % des USA et un peu moins du reste du monde, avait eu la même impression que lui, mais ne s’était pas arrêté à mi chemin. Il avait flairé le filon, la création d’une secte assez puissante... pour continuer à l’enrichir.

Dès lors, avec l’aide des techniciens de la manipulation des cerveaux du bon docteur Barett, maître incontesté de l’hypnose et d’autres techniques de contrôle non détectables, la machine à prendre le pouvoir sur l’humanité se met en marche.

Et ce ne sont pas quelques journalistes, même aussi entêtés que Philip Clark qui vont réussir à venir à bout d’une collusion entre le grand capital et une église deux fois millénaires...

Il ne reste plus aux non-convertis à se regrouper et vivre cachés, en attendant que le reste de l’humanité se libère des chaines qu’elle s’est volontairement créées.


Commentaires

Logo de sylvain
samedi 7 mars 2015 à 15h36 - par  sylvain

Un opus typique de la collection "Anticipation", qui fit les belles heures des éditions Fleuve Noir dans les années 70 à 80.

On y retrouve un complot, manigancé par des personnages avides de pouvoir et sans scrupules, un héros à la James Bond, une héroïne sympathique, et plusieurs nymphettes qui se font moult fois violenter, en vivant de beaux orgasmes, car sous hypnose.

Ce n’est certes pas de la grande littérature, mais ça nous rappelle que la prise de pouvoir cathodique (plus précisément maintenant, par écran interposés) n’est pas une nouveauté, que les intégristes de tous bords, forcément soutenus par des personnages aux intérêts économiques importants, sans scrupules et avides du vrai pouvoir, celui qui se manigance dans l’ombre, ne font que appliquer une recette connue depuis la fin du siècle dernier. Que les ressorts qui meuvent une partie importante de nos civilisations sont quand même assez fragiles, et qu’être un "honnête homme" au sens de la sagesse des anciens reste un devoir compliqué à réaliser.

En bref, rien ne change, surtout pas le pire.

C’est finalement drôle de trouver cela dans un roman dit "de gare", on devrait eut être édifier une statue à ces auteurs Belges. Ca fera un monument à faire tomber après la prise de pouvoir des intégristes.

Navigation

Mots-clés de l'article

Articles de la rubrique

  • Achetez Dieu