La chine en folie

dimanche 3 août 2014
par  jackie
popularité : 44%

1922. Jean-Pierre d’Aigues-Mortes n’avait pas de profession alors il est devenu envoyé spécial de journaux. A peine renter d’Amérique du Sud, le voilà reparti pour une autre destination. Cette fois, à lui la Chine ! Il débarque à Pékin avec l’ambition de comprendre comment sont dirigés les 400 millions de chinois. Chefs de guerre, Président de la république, Empereur, il entreprend d’aller à leur rencontre. Deux tyrans, deux super-toukiuns, rivaux, Tsang Tso Lin et Wou Pé Fou règnent en Chine du Nord. L’un, en Mandchourie, au Nord, avec l’appui des Japonais, l’autre, au centre, avec l’appui des américains. Ils détiennent chacun une armée de trois cent mille hommes.

Il prend le train pour Moukden, en vue de rencontrer Tsang Tso Lin, le chef des bandits, dits des Moustaches rouges. Il débarque à 6h du matin, c’est l’hiver en Mandchourie, hop, il sauté dans un rickshaw. Un hôtel ? Le French consulat ? Yes Yes, le coolie pousse est prêt à l’emmener n’importe où et même s’il ne sait pas où. Il rencontre des Pères qui l’introduisent chez ce bandit de Tsang Tso Lin. Alors qu’il tente de l’entretenir sur la situation anarchique de la Chine : le toukiun lui fait des réponses très philosophes “Les phases de la Chine sont chinoises… Le reste du monde croit savoir”.

Décidé à tirer au clair la situation de la Chine, Jean-Pierre poursuit son enquête à Pekin où l’on rit beaucoup. Il y rencontrera un ministre exilé, un chef de police sans police, un général de l’armée chinoise d’origine scandinave, ex-vendeur de poil de cochon surfin, le ministre de France, un empereur qui élève des canards et un président du conseil en congé.


Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique

  • La chine en folie