Milenium - 4 - Ce qui ne me tue pas

dimanche 8 novembre 2015
par  sylvain
popularité : 36%

Hans Balder était revenu en Suéde quelques années parès son départ vers les US, et le première chose qu’il fît, même si le jugement de divorce l’en empéchait, fût de récupérer son fils. Pas l’enlever, mais demander posément à sa mère de le reprendre, et partir.

Et de façon très surprenante, elle accepta. Celui, par contre, qui l’avait mauvaise, c’était Lasse, le mec de Hannah, car vivre au crochet de l’ex-femme d’un génie de l’informatique lui paraissait une position stable et préférable aux cachets misérables qu’il touchait lorsqu’il était encore acteur. Avant qu’il ne soit devenu alcoolique.

Mais Hans Balder était revenu accompagné d’un secret dès plus dangereux : la liste des malversations informatiques des mafias Russes réalisées avec l’aide de la NSA. Il avait enquêté la dessus dès qu’il s’était aperçu qu’on avait piraté ses recherches, et ce qui’l avait mis au jour lui faisait peur.

En un sens, il avait raison, parce que une heure après qu’il ait décidé d’en parler à Mikael Blomkvist, il se faisait assassiner. Devant son fils, que le tueur avait épargné en comprenant qu’il était autiste. Mais ce qui se passe en informatique en Suède ne peut pas se passer bien loin de Lisbeth Salander.

Et si des méchants, en sus de piller les inventions des autres, s’attaquent à des enfants, alors là, c’est elle qui devient méchante. Surtout quand c’est une affaire de famille...


Commentaires

Logo de sylvain
dimanche 29 novembre 2015 à 20h12 - par  sylvain

On retrouve avec plaisir les protagonistes des 3 premiers opus.

Mais à la différence des originaux, ici, il n’y a pas de réelle nouveauté dans l’enquête.

L’auteur empile les poncifs sur les hackers, les geeks, l’intelligence artificielle, en espérant que l’ensemble fera une cathédrale.

Pas de chance, ça ne tient pas.

L’opus reste un polar de facture correcte, mais sans plus.

Navigation

Mots-clés de l'article

Articles de la rubrique

  • Milenium - 4 - Ce qui ne me tue pas