L’origine de la tristesse

lundi 23 juin 2008
par  sylvain
popularité : 37%

Gabriel a 13 ans, il vit dans un quartier pauvre de Buenos-Aires, plus souvent dans la rue avec ses copains qu’avec sa famille.

Une famille pourtant présente, mais qui peine à assurer à ses enfants de bonnes conditions de vie. Et une école, ou il pourrait réussir, mais ou il n’arrive pas à trouver ses repères.

Avec des expériences très dures, comme l’arrivée de la puberté chez son amie, Marisa, ou le décalage entre ce qu’il considère comme un cadeau et l’accueil qui en est fait, ou encore la mort d’un de ses amis, tué pour de vrai en jouant au voleur...


Commentaires

Logo de sylvain
lundi 23 juin 2008 à 22h40 - par  sylvain

Un peu comme dans les livres de Luis Sepulveda, on trouve ici une histoire très dense écrite avec une grande économie de moyens.

La fin de l’enfance, les grandes émotions qui nous secouent à cette période (et encore, nous on vit dans un pays riche), les découvertes de la sexualité et des contraintes ou compromissions des adultes... tout cela est présent, mais sans lourdeur, toujours écrit avec la perception que peut en avoir un enfant.

Et le plus surprenant est la parfaite adéquation entre le style, simple pour une histoire dense, et ce qu’on peut retenir de cette histoire.

Lui est intelligent, rêveur disent ses profs, plein d’une vie intérieure et d’un questionnement qu’il (ni son entourage) n’a pas les moyens ou la culture pour canaliser. Il pousse donc comme il le peut, cherchant à se créer une compréhension du monde autant dans ses rapports avec les ivrognes qu’avec l’école. Mais cette simplicité ne doit pas cacher les réelles potentialités de cet enfant, la densité de sa vie et la qualité de ses émotions, fortes, réelles et souvent profondes.

Uns petite histoire sans chichis, sans références à plein d’érudition, mais quand même pleine d’émotion, mieux que le sac de bille ou les guerres des boutons, et bien, moi, je vous conseille.

Navigation

Mots-clés de l'article

Articles de la rubrique

  • L’origine de la tristesse