L’origine de la violence

mardi 2 août 2011
par  sylvain
popularité : 34%

Première partie : un jeune professeur de français, a l’occasion d’un voyage scolaire, découvre dans le camp de Buchenwald une photo d’un détenu ressemblant de façon troublante a son père. Intrigue totale, car le grand père officiel est encore bien vivant. Recherche. Découverte de l’histoire personnelle : une grande histoire d’amour en marge d’une vie sociale établie : une femme, deux hommes, le mari, établi, l’amant, beau, mais juif. Decouverte aussi de l’horreur des camps, de la violence pure qui s’est déchainée, destructrice des hommes, tant les violents que les suppliciés.

Deuxième partie : vivre avec cette connaissance n’est pas simple. Alors écrire, pour chasser le démon, raconter cette histoire, dire ce mal, ces doutes sur la filiation, sur l’histoire de la famille. Mais cela réveille des souvenirs, un passé que beaucoup, dont le père préféraient laisser là ou il est, dans l’oubli. Même Sophie, cette jolie Allemande rencontrée a l’occasion de ces recherches, préfère que l’histoire de son pays, et de sa famille ne soit pas remise au jour. Vivre avec la connaissance est finalement plus difficile que le confort de la naïveté. Est-ce cela qui gênerait tellement de violence dans le monde Nazi, savoir qu’on fait le mal est-il finalement la cause de cette violence qui s’est déchainée à Buchenwald ?


Commentaires

Logo de sylvain
vendredi 19 août 2011 à 23h47 - par  sylvain

Là aussi, comme pour La fortune de Sila, il s’agit d’un bouquin sérieux, dense, prenant, bien écrit.

Le sujet est intéressant : qui sommes nous, à titre individuel, et, au regard des horreurs de l’histoire, que pouvons nous devenir.

La thèse sur le premier sujet est surprenante. L’intrigue amène à penser que le héros, pour l’auteur, serait le résultat des actes de ses aïeux, même si en l’espèce, celui-ci n’a pas connu son vrai père biologique. Au point qu’on peut s’interroger sur le titre réel de ce livre, qu’on pourrait plus lire comme "la violence des origines", que comme "l’origine de la violence".

Au pays de Sartre et de l’existentialisme, et sous la plus d’un auteur agrégé et docteur es lettres, c’est surprenant. Et cela résonne, en contrepoint, avec le livre de A. Jardin, "Des gens très bien", qui considère aussi plutôt sa généalogie comme un poids à porter plus que comme l’écrin de son épanouissement.

En tout état de cause, c’est intéressant, car cette façon de raconter le passage de l’adolescence et de ses illusions à l’âge "de raison" est a tout le moins jolie, agréable à lire, et amusante pour le Neurone.

Sur le deuxième sujet, l’illustration des devenirs possibles rajoute un niveau de complexité à la première thèse.

Entre le grand-père, probablement collabo et cocu mais digne, le père, faux fils du grand père et portant cet affront, qu’il n’a pas commis et la vengeance de ne pas avoir connu son vrai père, avec difficulté mais courage, puis le petit-fils, découvrant au début de sa vie d’homme qu’on peut vivre mieux dans le mensonge et l’oubli que dans la lumière, on découvre trois destins d’hommes qui se sont faits par leurs actes, en se débattant avec leur environnement.

Un peu comme de l’existentialisme mâtiné de vision systémique, telle que la présentait De Rosny. Un existentialisme dépouillé de son absolu pour tenir compte, heureusement, que même si on est ce qu’on fait, on ne vit pas seul, et on fait aussi ce que la société attends de nous.

Cette vision est encore renforcée par l’histoire des Allemands, ici utilisés comme le repoussoir (les méchants, en somme). Des gens qui, in fine, selon l’époque à laquelle ils ont vécu, ne pouvaient que devenir fous, et dangereux, ou dignes de l’amour le plus fou, comme la belle Sophie (probablement la fille de M. Philo, dans la cas présent).

Ca fait du bien, de temps à autres, de lire un livre à la fois bien écrit, avec une histoire bien conçue, peut être un peu auto-biographique mais ce n’est pas important, et surtout, après lequel il reste comme une envie de penser, de s’user le neurone à essayer de comprendre ce que l’auteur voulait signifier.

Ici, c’est franchement le cas. A dévorer sans tarder.

Navigation

Mots-clés de l'article

Articles de la rubrique