Les enfants de demain (ou l’étrange et très secret projet Hp1)

mardi 5 août 2014
par  sylvain
popularité : 12%

Le fait que Audrey me téléphone était déjà une surprise, n’ayant pas eu de ses nouvelles pendant plusieurs années, mais qu’elle me demande de venir incessamment la rejoindre, sans m’en expliquer la cause m’intrigua suffisamment pour que j’obéisse à l’injonction.

Dès mon arrivée, Audrey me fit venir dans son bureau pour me parler de ses recherches... sur le futur de l’humanité. Il me fallut quand même deux jours pour comprendre et accepter que son équipe avait réussi à faire naître les successeurs de l’Homo Sapiens dans la chaine de l’évolution, des Homo Pertinens.

Bien que très jeunes, ceux-ci disposaient déjà d’une maturité surprenante, et surtout, d’une totale empathie pour l’ensemble du vivant, ceci venant à la fois de leur capacité mais aussi de leur éducation, basée sur la neuroconnectique.

Ayant anticipé qu’une vie sur Terre serait difficile pour cette nouvelle espèce destinée, à terme, à remplacer le genre humain, l’équipe du laboratoire d’Audrey avait pris la décision de leur créer un espace de vie sur Europe et Titan, suffisamment loin de la Terre pour ne pas inquiéter, mais suffisamment proche pour rester en communication.

Mais des jeunes post-humains, accompagnés de quelques humains sur-doués, développèrent assez vite des capacité et des connaissances dont la Terre ne dispose pas, ce qui leur permit de prendre contact avec des extra-terrestres, et de développer grâce à leurs pouvoirs psy une sorte d’éternelle jeunesse complétée par une résurrection dans un nouveau corps en cas de mort réelle.


Commentaires

Logo de sylvain
lundi 17 août 2015 à 22h22 - par  sylvain

@Serge

Bonjour,

Le commentaire que vous avez lu est mon avis. Il est certes tranché, mais il représente ce que j’ai pensé à la lecture de l’opus.

Je vous engage à donner votre avis sur l’opus, c’est le but de ce site.

@Roso

Bonsoir, vous êtes toujours le bienvenu pour écrire quelques résumés. Et merci pour votre réponse.

Logo de Roso
lundi 17 août 2015 à 16h16 - par  Roso

@ Serge,
Je ne suis intervenu que très rarement sur ce forum, me posant souvent cette question : qui suis-je pour me permettre de donner mon avis sur un roman ?

Vous venez de me donner raison : il faut être qualifié pour cela.
Mais quel est le niveau de qualification , Khâgnes, Normale Sup,...?

J’en suis tellement loin, j’espérai que la lecture de blogs comme celui-ci m’apporterait un peu de culture mais si vous dîtes que ce n’est pas bien...

Logo de Serge
mercredi 5 août 2015 à 11h37 - par  Serge

Monsieur « Sylvain »,

Pour les lecteurs de cette note, je tiens à écrire que le vrai livre (qui y est écrit dans une vraie langue littéraire et non votre charabia) ne traite pas d’Audrey, mais de "Barbra", pas de "post-humains" mais au contraire "d’humains biologiques évolutionnistement accélérée", etc.

Si ce genre de livre, roman d’anticipation enrichi scientifiquement n’entre pas dans vos habituelles lectures, laissez le soin à d’autres lecteurs plus qualifiés de rédiger des commentaires plus constructifs et surtout moins haineux.

Cordialement,

Quelques gens respectueux du travail d’autrui.

Logo de sylvain
mercredi 6 août 2014 à 17h39 - par  sylvain

Dieu que c’est mauvais.

Alors que l’auteur débute son opus par la définition d’Asimov de la SF, et prévient qu’avec lui, on va voir ce qu’on va voir, on a droit dans la suite à un gloubi-boulga pseudo-scientifique et philosophique que l’on peut assimiler à l’état 0 de la SF.

Les premiers chapitres, qui traitent de la création des nouveaux enfants sont à la limite lisibles, mais l’auteur (qui se met en scène à minima par le prénom) insistant avec "finesse" sur l’attirance que ressent pour lui une jolie chercheuse largement sa cadette.

La suite est un désastre de SF, et le pire est la rencontre avec un extra-terrestre sensé amener à ces post-humains une grande sagesse, et dont les propos sont d’une platitude absolue.

C’est pédant et mauvais, à éviter.

Navigation

Articles de la rubrique

  • Les enfants de demain (ou l’étrange et très secret projet Hp1)