Le déchronologue

mardi 6 juillet 2010
par  sylvain
popularité : 54%

Après les horreurs du siège de La Rochelle, Henri Villon, comme beaucoup d’autres huguenots, s’est fait Pirate dans les Caraïbes. Pour l’honneur de faire manger leurs culottes aux chrétiens d’Espagnols... et s’enrichir quelque peu, grâce aux divers trafics qu’un honnête capitaine peut mener à bien.

Mais la vie n’est pas drôle, dans les Caraïbes, et même si des Merveilles, comme des batteries, ampoules, boites à musique permettent effectivement des gains, on sent les Espagnols inquiets, méchants, conscients de l’imminence d’un désastre.

Car la logique ne semble plus respectée, des citées sont détruites, et, malgré leur superbe et leur opiniâtreté à se battre, les puissants espagnols sont défaits, sur la terre comme sur la mer.

Au point que Henri Villon est approché par de surprenants alliés, décidés à l’aider à renvoyer les invasions dans le néant de l’histoire. Nelson, Alexandre et bien d’autres seront ainsi détruits, alors qu’ils arrivaient, à peine conscient du voyage qu’ils venaient de faire.

Toute cette souffrance, néanmoins, pour que le monde tel qu’il est puisse enfin exister...


Commentaires

Logo de sylvain
mardi 6 juillet 2010 à 22h35 - par  sylvain

Je n’ai pas eu de grand coup d’enthousiasme pour cet opus, comme on peut parfois ressentir en fermant un livre, mais, néanmoins, voici un bouquin fort bien réussi.

D’abord parce que l’histoire elle même est crédible. On est dans le monde des pirates et des flibustiers, forcément un peu magique, et on glisse tout doucement de l’anormal simple (des boites à musique...), du magique, vers la SF, mais vécue non pas par nous, les visiteurs temporels, mais par les visités.

Ensuite, parce que le fond de l’histoire est réaliste, vécu par nos aïeux, l’intervention des "autres" restant sommes toutes assez marginale. Suffisamment marginale, en fait, pour que ces hommes dont on conte l’histoire, restent des hommes de leur siècle.

Et enfin car le parti pris de sauter, au gré des chapitres, entre les divers temps de l’histoire, renforce encore le sentiment de perte de repère à la fois du lecteur, mais aussi des protagonistes.

Un bon livre, entre fantastique et steam-punk, bien écrit. Un bon moment de lecture.

Navigation

Mots-clés de l'article

Articles de la rubrique