Shirker

samedi 14 juin 2008
par  sylvain
popularité : 20%

En se rendant à son travail, Ellersie Penrose rencontrent des policiers qui viennent de découvrir le cadavre d’un vieil homme, mort enfermé dans un récupérateur de verre.

Par hasard, Penrose ramasse le portefeuille du mort, et par curiosité, il omet de le remettre aux policiers. Le contenu l’intrigue, et il se lance lui aussi dans une enquête sur cette mort.

Il découvre assez vite que tout semble tourner autour d’un homme mystérieux, dont le journal intime commence dans les années 1870, et continue jusqu’au présent, plus de 130 ans après...

A la recherche de témoins de ce passé, il rencontre une ancienne prostituée, aujourd’hui tenancière d’un salon spécial et le frère du mort, personnage énigmatique. Tous deux décèdent. "Accidentellement".

Aucune des tentatives d’approche du mystérieux personnage ne fonctionne, chaque découverte d’un indice nouveau mène à une impasse. Penrose semble se détacher de la réalité, ne trouvant plus d’accroche pour concilier le réel et ce qu’il en comprends. Au point, à la dernière extrémité, de se jeter par la fenêtre du 8éme étage d’un hôtel... alors qu’il espérait enfin découvrir à qui il avait affaire.


Commentaires

Logo de sylvain
samedi 14 juin 2008 à 13h37 - par  sylvain

J’ai lu quelque part qu’il s’agit là du premier livre de Chad Taylor. On y sent effectivement moins d’assurance que dans Electric, ou Salle d’embarquement.

Mais néanmoins, tout est déjà présent. D’abord une intrigue simple, qui amène tout doucement à se questionner sur la santé mentale du héros. Suffisamment doucement pour que ce soit insidieux, jamais clair. Et finalement démenti par les faits.

Ensuite une collection de personnages secondaires, flic, prostituées, petite amie, relations... avec une présence, une densité qu’on ne retrouve que rarement dans les romans d’autres auteurs. Et qui permettent à l’atmosphère "baroque" (c’est comme cela qu’elle est qualifiée sur la 4ème de couverture du livre, je suis assez d’accord) et délétère de se mettre à fonctionner.

Je ne pense pas qu’il faille aborder cet auteur par cet opus. Electric, ou Salle d’embarquement sont plus facile à lire. Mais une fois parti à la découverte de son œuvre, ne manquez pas celui-ci, il est très bon aussi.

Navigation

Mots-clés de l'article

Articles de la rubrique