La valse lente des tortues

mercredi 21 avril 2010
par  jackie
popularité : 36%

Grâce au succès de son livre, Joséphine peut vivre confortablement : acheter un appartement dans le 16ème et payer à Hortense, sa fille aînée, des études dans une école de mode à Londres. Zoé, sa fille cadette, est en 3ème. L’aînée est déterminée et ambitieuse, à l’opposé de sa sœur et de sa mère qui sont des femmes sensibles et romantiques.

Sa sœur, Iris, en tentant de s’attribuer le succès de son livre « à toi l’argent, à moi la gloire pour briller dans le monde » paie cher son imposture par un séjour en clinique pour dépression. C’est une femme vénale, d’une beauté fatale et froide, qui a toujours eu l’ascendant sur sa sœur. Son mari, Philippe, est en train de la quitter. Il est parti s’installer à Londres avec son fils Alexandre.

Leur mère, Henriette est aussi froide et calculatrice que sa fille, Iris. Elle s’est fait lourder par son riche mari, Marcel, qui file le parfait amour avec Josiane. Elle décide de sortir sa fille chérie de la clinique, et décident toutes les deux de reprendre leurs maris coûte que coûte.

Joséphine traîne sa relation avec Luca, cet étudiant attardé, qui vit sous l’emprise d’un frère tyrannique, Vittorio, aussi omniprésent dans leur relation, qu’inexistant physiquement.

Son ex-mari, Antoine, mort en Afrique, mangé par des crocodiles dans le précédent opus, joue les revenants : il envoie des lettres et semble faire des apparitions. Puis elle rechape de peu à une tentative de meurtre. Qui a bien pu vouloir la tuer ? Son ex-mari, jaloux de son succès ? Tout cela la perturbe beaucoup. Elle ne veut pourtant rien laisser paraître à sa fille Zoé, elle qui adore son père, et à qui elle n’a pas osé révéler sa mort atroce. S’ensuivront d’autres meurtres du même mode opératoire, qui ponctueront l’histoire et transformeront les habitants de l’immeuble en véritables protagonistes.

Tout va changer pour Joséphine quand, au réveillon de Noël, Philippe lui révèle sa passion. Malgré sa culpabilité vis-à-vis de sa sœur, cet événement va aider petit à petit Joséphine à se sentir enfin aimable et digne de respect. Elle osera enfin tenir tête à sa sœur, puis à sa mère, qui l’a toujours rejetée, dévalorisée. Ironie de l’histoire, c’est Iris qui va finir par perdre totalement la maîtrise en se laissant dominer avec délectation par un type qui se révèlera être le meurtrier en série.


Commentaires

Logo de sylvain
dimanche 25 avril 2010 à 21h59 - par  sylvain

ton commentaire, Jackie. Mais je te l’avoue, je ne vais pas suivre ton conseil final, si le bouquin est aussi conventionnel que tu ne l’annonce. Plutôt envie d’essayer le Sumo, qui m’a l’air bien rigolo.

Logo de jackie
mercredi 21 avril 2010 à 22h32 - par  jackie

Je ne sais pas pourquoi, mais la 1ère idée qui me vient à l’esprit, c’est que c’est la série « Martine », mais pour adulte. Dont le titre pourrait être ici « Martine, enfin Joséphine, opère sa mue ». Le genre d’histoire où, ouf, ça finit bien pour les gentils et moins bien pour les méchants. Très manichéen. L’héroïne, candide à souhait, vit une belle histoire d’amour. Une histoire de meurtre pour le suspens. Des personnages assez stéréotypés, édulcorés, et certains carrément invraisemblables, des personnage de roman quoi ! Des lieux connus de tous : à Londres, Hortense aime prendre son breakfast à Fortmum & Mason, ou chercher des fripes à Camden. Une table au Ritz, du shopping avenue Montaigne, un appart dans le 16ème, une maison à Deauville…On risque pas de se perdre avec ça.

N’empêche c’est très sympa à lire. Sympathique, c’est bien le mot pour qualifier ce roman. On a même envie de lire la suite (voire le précédent pour ceux comme moi qui ne l’ont pas lu). Mais alors là, j’attendrai l’été, c’est la bonne saison pour lire ça.

Navigation

Mots-clés de l'article

Articles de la rubrique