2013 - La nostalgie heureuse

mercredi 30 octobre 2013
par  sylvain
popularité : 91%

A l’occasion d’un reportage sur ma relation au Japon, je retourne sur ces lieux mythiques de ma jeunesse accompagnée d’une équipe de tournage.

Arrivée à Kobé. Tout a changé, renouvelé après le séisme. Retrouver le Kobé d’avant nécessite de se concentrer sur l’immanence. Il reste la pureté de l’air et le bruit des chiens. Mais même Shukugawa est refait à neuf.

Nishio-San habite maintenant une HLM. Elle est incroyablement vieille, et si elle a gardé sa voix d’avant, c’est maintenant une femme toute ridée que je rencontre. Mais c’est elle, c’est ma mère, et lorsque nous le comprenons, nous nous étreignons très fortement. Puis c’est le départ, l’arrachement. Moins douloureux que la première fois, 39 ans plus tôt, mais plus définitif.

Tokyo, son rythme effréné que je retrouve. Rinri, prévenu de mon arrivée, m’offre une promenade à pieds sur les lieux de notre histoire à l’abri de la caméra. Retrouvailles avec l’équipe dans un restaurant, Rinri est parfait. Nous retrouver était indicible. Et cela devient un souvenir, comme une fiction, car tout ce que l’on aime devient une fiction.


Commentaires

Logo de sylvain
lundi 11 novembre 2013 à 17h17 - par  sylvain

Au premier abord, l’opus fait vide. Court, et vide.

Certes, on a toujours l’excellence du vocabulaire et des formules de Mme Nothomb, qui ressuscite avec bonheur des mots inusités, mais cela ne fait pas un livre.

Et puis le livre, tout doucement, fait son bonhomme de chemin dans la mémoire. Et tout à coup, c’est plus clair : à l’occasion de ses 44 ans, chiffre magique sil en est puisqu’il s’écrit 2*2*11, Mme Nothomb nous donne à voir à la fois un point sur sa vie, et d’autre part, un exemple parfait de nostalgie heureuse.

Ce livre ne raconte pas une histoire, il est tout simplement une goutte de nostalgie heureuse, retour bucolique mais enchanté sur le passé bienheureux qui nous (elle) a façonné, sur ces êtres qui furent parfait et que le temps a lustré, sur ces lieux qu’on a autrefois traversé avec du bonheur plein les yeux.

Probablement une très belle leçon de japonisme. J’aime la Belgique.