Days

samedi 4 février 2006
par  sylvain
popularité : 31%

Days est un mégastore, un bâtiment carré de 2,5 km de côté, uniquement destiné à la vente. Son concepteur, Septimus Day, l’à voulu comme un temple au consumérisme, une usine à profiter des clients.

Septimus est mort, ses sept fils dirigent cet empire commercial, ou tout se vend et s’achète.

Linda et Ewitt Gordon ont reçu leur carte d’accès très récemment, et viennent y découvrir, tout au long d’une journée, le plaisir de déambuler dans ce palais des merveilles.

Mais la journée, entre les ventes flash qui dégénèrent en rixe, les batailles rangées entre rayons pour l’accès à la meilleure surface commerciale, la surveillance des clients indélicats, et le prix des biens proposés, n’est finalement pas si passionnante.


Commentaires

Logo de sylvain
samedi 4 février 2006 à 22h34 - par  sylvain

Pour ce qui est du consumérisme, c’est lourd, et ça n’a pas les côtés visionnaire et humain du "Bonheur des dames".

Pour ce qui est de l’histoire, le personnage de Franck, le surveillant qui a des états d’âmes, est gentillet, mais il n’y a ni trame, ni suspens, ni réelle ambition littéraire, dans un récit qui oscille entre thriller et naturalisme.

C’est finalement le type même de livre qui aurait pu se trouver dans le magasin décrit : une écriture kilométrique juste conçue comme un produit à lire, avec suffisamment de faux recul et de critique pour apparaître en décalage.

Mais rien à voir avec les autres écrivains de SF anglaise actuelle, ni encore moins avec Zola. Days ne supporte pas la comparaison.

Navigation

Mots-clés de l'article

Articles de la rubrique

  • Days