Le gardien de l’ange

dimanche 3 décembre 2006
par  sylvain
popularité : 18%

Kay Munadi est américaine d’origine Arabe, intelligente et journaliste. Elle a juste deux problèmes : elle n’est pas belle, au point d’être parfois prise pour un homme, et ses origines Arabes, après le 11 Septembre, sont dures à supporter.

Pour se faire un nom, elle est allée couvrir, déguisée en homme et sous le nom de Kay Soliman, la guerre civile du Khurucabja, au Moyen Orient. C’est sans doute pour cela que les services secrets lui ont demandé, presque 10 ans après son retour, de livrer à l’Emir du Khurucabja John, un "fabriqué", sorte de surhomme obtenu par génie génétique. Et bien sûr doté à la fois de possibilités physiques et intellectuelles fantastiques (sur tous les plans) et d’une personnalié suffisamment déformée pour rester fidèle à ses maîtres, qui qu’il arrive.

Mais justement, il en arrive de trop. L’Emir est tué, tous les soupçons sont détournés vers John, qui se prépare à accepter d’être sacrifié. mais Kay ne peut accepter que cet être soit ainsi envoyé à l’abattoir, lui si beau et si tentant, et donc organise sa défense.

C’est finalement un peu plus facile du fait qu’Israël semble avoir piraté un logiciel que John devait amener avec lui, et qui se révèle une IA de l’archange Gabriel.

In fine, le nouveau Président du Khurucabja tente de ramener la paix dans la région en échangeant la reconnaissance d’Israël par une protection militaire, y compris contre les USA. Et ça marche...

Kay et John peuvent continuer à vivre tranquillement, sous la protection de la chaîne de télé qui les emploient, et sous le regard intransigeant des services secrets américains.


Commentaires

Logo de sylvain
dimanche 3 décembre 2006 à 13h46 - par  sylvain

Ce n’est pas vraiment un livre de SF, seules l’existence des "fabriqués" et d’IA permettant de simuler un archange raccrochent (et encore très discrétement) ce livre au genre "SF".

Mais par contre, c’est vraiment de la fiction, bourrée d’imagination, d’humour, de sentiments et d’actions en tout genres.

Personnellement, j’ai vraiment aimé l’idée de ce dérapage d’un plan de déstabilisation foireux mis en place sans vraiment de contrôle par une agence Américaine, un peu détourné par les Israeliens, et qui part n’importe comment, juste parce que les gens, à la fois Kay, bien sûr, mais aussi les gens du pays, s’en mélent, et changent complètement le déroulement des opérations.

Et l’idée finale est bien sûr "gentillette", mais pas tout à fait incroyable, certains politiques ayant fait bien pire.

Donc, si vous aimez le Polar-Politique-Fiction, et bien surtout, jetez vous sur ce livre.

Navigation

Mots-clés de l'article

Articles de la rubrique

  • Le gardien de l’ange