Messe noire

samedi 28 décembre 2013
par  jackie
popularité : 46%

Une nuit de décembre 1759, le corps sans vie d’une jeune fille est retrouvé sur la tombe glaciale d’un cimetière parisien. Pas de suspect, et pour seuls indices : une hostie noire, un crucifix, des empreintes de pas et un gardien assassiné. Un panneau placardé sur la grille d’un autre cimetière donne le ton : “Interdit à Dieu d’entrer dans ce lieu”. Sartine, le lieutenant général de police, craint une résurgence des messes noires qui avaient éclaboussé Louis XIV un siècle auparavant. Il confie l’enquête à M. de Volnay, le commissaire aux morts étranges et son acolyte, un moine hérétique. Il leur témoigne néanmoins une confiance toute relative puisqu’il leur adjoint une assistante, jeune femme aussi étrange, que belle et intelligente.

Des mouches qui jouent le rôle de double espion, un lieutenant de police qui en sait plus qu’il n’en dit, une assistante qui mettra toute son énergie à séduire le moine et à semer la brouille entre le commissaire et le moine ; le ton est donné, les enquêteurs se trouvent rapidement confrontés à des forces obscures et manipulatrices.

Dans un Paris pittoresque et inquiétant, où les seaux d’aisance se déversent des fenêtres à toute heure du jour, où les coquins s’emparent des rues à la nuit tombée, ils ne pourront compter que sur eux-mêmes pour démasquer les ordonnateurs du rituel satanique.


Commentaires

Logo de jackie
samedi 28 décembre 2013 à 23h51 - par  jackie

N’ayant pas lu le premier volet des aventures de Volnay et son moine de père, je n’ai pas eu le plaisir de les retrouver mais simplement de les découvrir. Volnay est jeune homme froid, rationnel et juste, qui dissimule derrière ce visage austère une âme idéaliste et révolutionnaire, il est attachant avec ses chagrins d’amour. Son père, qualifié de moine hérétique, est assez différent, bien qu’ils se rejoignent sur leurs idéaux. Il a visiblement eu une vie bien remplie et mouvementée, il a une personnalité charismatique, il est insolent, a un caractère outrancier mais nuancé, il est brillant, a un esprit frondeur : il aime les femmes et ne craint pas de se frotter à des magiciennes. Il apporte une vraie touche d’humour, mais aussi du rythme, grâce à ses dialogues fins et virevoltants.

En fait ces personnages me semblent parfaitement adaptés pour une série télé de qualité, dans la grande lignée des Sherlock Holmes. Je n’ai pas arrêté d’y penser tout au long du livre.

Le cadre aussi est intéressant : on est au milieu du XVIIIème, à l’époque de Diderot et de Voltaire, une époque charnière où "les lumières du siècle sont loin d’avoir chassé toutes les ombres", les nobles s’accrochent à leur vie ridicule de courtisants. La monarchie périclite, mais on ne sait pas encore vers quoi on se dirige. En tout cas c’est une époque qu’apprécie l’auteur et ça se sent.

L’intrigue est passionnante, vive, pleine de courses-poursuites, de duels, de jeux de pouvoir, et d’amour. Juste un pou deux rebondissements de trop à la fin.

Tout de même, je vous le recommande, c’est une belle découverte.

Navigation

Articles de la rubrique

  • Messe noire