Le nom du monde est forêt

mardi 5 juin 2007
par  sylvain
popularité : 16%

Des hommes vivent en paix depuis des millénaires sur la planète Athshe. Petits et velus, ils peuplent les forêts paradisiaques, et leur culture est totalement non-violente.

Arrivent alors des colons terriens, à la recherche de bois et d’autres produits naturels, qui n’existent plus sur terre du fait de l’épuisement presque total de la biosphère. L’exploitation de ces petits humains velus débutte, avec son cortége de viols, de meurtres, d’esclavage, de violence. Et aussi, de la part de Jan, un des scientifiques, d’échanges et de compréhension mutuelle avec les Athshiens.

Alors, Selver, un des petits hommes, invente la guerre, dans un rêve qu’il partage avec ses congénéres. Et ceux-ci, tout à coup, renversent le pouvoir. Plusieurs centaines de colons sont tués, les armes sont détruites, les colons survivants sont parqués.

Un vaisseau spatial de ravaitaillement arrive à point nommé pour emmener les colons. L’ekumen condamne fermement le comportement des colons, et propose aux Athshiens une prise de contact plus lente, parès un moment d’isolement pour effacer les traces de l’invasion des terriens.


Commentaires

Logo de sylvain
mardi 5 juin 2007 à 22h46 - par  sylvain

Un tout petit peu moins "fin" que l’autre opus (le dit d’Aka), car les personnages sont très "typés". Vu d’aujourd’hui, un peu trop typé, même, que ce soit le grand guerrier débile et plein de testosterone, ou le gentil scientifique, assez peu pragmatique.

Mais par contre, le rôle central du rêve dans cette civilisation, moyen d’échange et de création, est très amusant. Un bon moment de lecture.

Navigation

Mots-clés de l'article

Articles de la rubrique