Sainte-Bob - 2 : Criminels

samedi 28 mars 2009
par  sylvain
popularité : 37%

Francis vit maintenant avec Elizabeth. Ce qui lui a permis d’oublier son premier mariage, et son frère qui est devenu homosexuel. Et lui permet de continuer à vivre alors que son emploi est menacé.

Et largement aussi bien que Ralph et Monique, qui semblent traverser une crise de couple carabinée.

Bien sûr, il y a son dos qui le taraude, mais Elizabeth comprends, sur ce sujet. Moins simple de lui parler du père, en fait. La seule solution serait de le prendre à la maison, mais avec son alzheimer, même à l’essai...

Finalement, la vraie solution est probablement qu’il ait un accident, de toutes façons, hein, ca ne changera pas grand chose. Et puis cela simplifie aussi la relations avec Victor, le toubib, que sa femme quitte sans partir.

Le seul qui s’en sorte bien, à tout prendre, c’est Paul : il avait presque renoncé aux femmes, et puis, tout à coup : Sonia. Elle cherche quoi ? pas du fric, quand même.

Le côté sympa, aussi, c’est Patrick, le fils. Difficile de parler avec Patrick, d’autant plus que Nicole, sa copine, est à la fois jolie et peu farouche. Mais on peut se dire tellement de choses sans parler.


Commentaires

Logo de sylvain
samedi 28 mars 2009 à 11h56 - par  sylvain

Cette fois-ci, ce sont les relations homme-femmes et les relations entre générations, vues d’hommes situés plutôt dans le bas de l’échelle de la réussite sociale.

Et c’est encore une fois très décapant. Certes cru, mais tellement réaliste : finalement, ce sont les femmes qui mènent la danse, tant dans les choix de vie, que dans les relations sexuelles (amoureuses ?, non pas vraiment, c’est réellement sexuel).

Au point d’en rejaillir sur les relations entre générations d’hommes : celles de Patrick et Francis sont dégradées par le premier mariage de Francis, menacées par la copine de Patrick, mais finalement sauvées par Elizabeth. Qui par contre, amène Francis à laisser son père mourir.

Chez Ralph (sans enfant) ou Paul (sans femme, au début, mais avec des enfants), les relations inter-générations sont aussi liées aux relations de couple. Jusqu’au paroxysme de Victor, qui préfère finalement les hommes, et que sa femme prive de sa paternité biologique.

Et le tout en racontant une histoire emmêlée de couples qui survivent près de la Sainte-Bob. Réellement à lire d’urgence (vous direz que l’opus étant sorti vers 97, j’ai plus de 10 ans de retard, mais ce n’est pas une raison pour que vous passiez à côté).