Vernon Subutex - 2

samedi 24 octobre 2015
par  sylvain
popularité : 26%

Vernon s’est trouvé un endroit pour survivre dans les combles d’un jardin public, sur les hauteurs de la butte Bergeyre. Il sait qu’il a été malade, qu’il a eu de la fièvre, qu’il faut qu’il retourne en ville, trouver à manger, des vêtements propres, des contacts humains, mais il a des absences, il s’enfonce dans des rêveries dont personne ne peut le sortir, et pendant les quelles il lui semble vivre plus intensément en harmonie avec le son du monde.

Ses anciens amis se sont d’abord retrouvés autour des plaintes de Sylvie sur Facebook, celle-ci pourrissant tous les jours l’image de Vernon. Mais petit à petit, les souvenirs de ces anciens temps heureux se sont faits plus pregnants, et ils ont commencé à regretter d’avoir laissé Vernon s’enfoncer dans la misère, et se sont mis à le rechercher.

La Hyène s’est jointe à ce groupe, dans le but de retrouver les enregistrements d’Axel Bleach que l’ancien producteur d’Axel lui avait demandé de retrouver. Mais Vernon avait été retrouvé par ses amis, et l’ambiance du groupe s’était apaisée, comme subjuguée par une force émanant de cette personne perdue dans ses songes.

Alors la Hyène avait conservé les enregistrements, et, tous ensemble, ils les avaient regardés. Ils avaient regardé Axel expliquer comment son ex compagne, hardeuse, avait été démolie, prostituée, droguée, violée par son producteur, celui qui vivait de son Art à lui, Axel, qui s’enrichissait de ses trouvailles, de son génie. Par celui que lui même enrichissait, avec l’argent qui lui même générait.


Commentaires

Logo de sylvain
dimanche 29 novembre 2015 à 20h22 - par  sylvain

Difficile d’avoir un avis sur le tome deux d’une trilogie.

Le tome 1 met en place les personnages, le tome 3 amènera la chute.

Ici, nous sommes dans le développement. La charnière. Vernon est tombé très bas, il devient une sorte de guru New-Age. Et ses anciens amis, musiciens ou clients de son échoppe de disquaires gravitent autour de lui.

Une gravitation qui aurait deux pôles : l’un attractif, représenté par Vernon, celui qui vit la musique, qui en est le passeur, et l’autre, totalement répulsif, le producteur, qui vit de la musique. Qui en fait un produit, qui en évalue la valeur non pas en émoi, mais en euros.

Et puis surtout, il y a tous ces personnages improbables que jamais on en rencontre dans la littérature civilisée, celle des Normaliens, des lauréat du Goncourt, pire, des Nobel de Littérature. Une gouine méchante, mais touchée par la grâce avec Vernon, la fille d’une diva du porno, essayant de comprendre ou est sa propre féminité, quelques cons attachants. Des cons comme il y en a tant, ceux qui votent fasciste, qui picolent...

Alors voila, c’est le numéro 2, mais j’ai aimé quand même, et j’attends le 3 avec impatience.

Navigation

Mots-clés de l'article