163 - Turlute gratos les jours fériés

vendredi 9 octobre 2009
par  sylvain
popularité : 47%

L’équipe est sur le pied de guerre, car ils ont appris qu’un curé devait se faire tuer dans son église. Chance, le cureton ressemble à Béru, qui peut donc le remplacer temporairement.

Et voilà que la première pénitente défunte en pleine église, alors que Béru allait lui proposer de s’agenouiller devant le saint membre. Et en plus, défunte tuée par une fléchette empoisonnée, tirée par une sarbacane.

Ni une ni deux, Béru découvre que la dame provient du Brabant, hop, direction la Belgique. Pour y découvrir que la vieille était antiquaire, mais qu’elle vivait dans une drôle de maison. Drôle au point que Béru et San-A sont gazés et emmenés vers Anvers, pour de sombres destins. Heureusement que San-A porte aux sens de la ravisseuse, ce qui permet aux compères de se libérer...

Et de retrouver, seule dans la maison de la vieille, une jeune femme à l’esprit qui semble dérangé, mais qui ne l’est finalement pas tant que ça.

La page sur les couvertures est ici.


Commentaires

Logo de sylvain
vendredi 9 octobre 2009 à 23h37 - par  sylvain

Cet opus m’a fait exactement le même effet que le numéro 164 : dans le côté positif, il reste encore des jeux de mots drôle, des déconnades bien menées, et des descriptions de salacités truculentes.

Mais malheureusement, sans rythme, sans odeur, sans ce petit plus qui transforme un bouquin en San-Antonio. Un peu comme si on lisait un San-A fatigué.

Pas désagréable, mais plus comme avant. Triste.