Sans feu ni lieu

jeudi 27 novembre 2008
par  sylvain
popularité : 27%

Marthe, le vieille prostituée vient trouver Louis Kehlweiler, l’Allemand, pour qu’il l’aide à prouver l’innocence de Clément.

Il faut dire que Clément est dans de salle draps. On lui a demandé de surveiller, de façon ostensible, deux femmes. Puis de leur offrir des fleurs. Et elles sont mortes, ces femmes. Assassinées.

Aussi, tous les policiers de Paris sont au trousse de Clément. Qui n’est pas bien intelligent, il faut dire. Tellement peu qu’il a bien du mal à expliquer à l’Allemand comment il s’est retrouvé dans ce pétrin.

Mais l’Allemand a de la ressource. Et des amis, surtout. Dans la police, ses anciens collègues, et puis Marc, Lucien et Matthias, aussi. Toujours aussi déjantés, mais tellement fins.

Avec tout ça, le vrai tueur ne va pas courir longtemps... même si ça fait des années qu’il rumine sa vengeance contre le pauvre Clément.


Commentaires

Logo de webmestre
mercredi 3 mars 2010 à 09h21 - par  webmestre

Encore un roman de Vargas que j’ai beaucoup aimé :-))) on retrouve l’allemand et les évangéliste (sans parler du crapaud) dans un autre roman : un peu plus loin sur la droite... qui recèle son lot de personnages étranges et de bizarrerie bizarre notament une superbe machine à rien :-))) (j’avais craqué pour l’idée du napperon protège fils moi aussi :-))

Site web : Music Search
Logo de webmestre
jeudi 23 juillet 2009 à 21h32 - par  webmestre

J’ai beaucoup aimé ce polar, l’un des meilleurs de Vargas. Evidemment, ça ne vaut pas Millemium (le premier du moins, parce que le deuxième est tout de même moins bon...), mais c’est assez haletant et les personnages très attachants. Un très agréable moment de lecture.

Site web : Bon polar
Logo de sylvain
jeudi 27 novembre 2008 à 21h41 - par  sylvain

Pas de chance pour le livre, je l’ai lu juste après un livre de Stieg Larsson. Et il faut reconnaitre que ça fait un sacré choc.

Le livre de Mme Vargas dispose d’une intrigue simple et efficace, et de personnages rémanents, mais suffisamment "personnalisés" pour être attachants. Et le tout est écrit avec un style bien agréable.

Mais à côté d’un des Millénium, malheureusement, ça fait creux. Anodin. Non pas que ce livre soit moins bon que les autres de la même auteur, mais c’est juste que c’est trop simple. Différentiel de niveau trop visible.

Ceci dit, c’est quand même un bon moment de lecture.