Electrons libres

dimanche 12 août 2012
par  sylvain
popularité : 27%

James Cooper travaille à la base militaire britannique de Featherbrooks. Enfin, travaillait, car le fait de recevoir, sur son lieu de travail, un colis de poudre blanche le rends définitivement suspect au yeux de son supérieur.

Forcément, car il profite des faveurs de Liz, que lui, il aime. Et la poudre, c’est sensé être les cendres de son père, et non un produit toxique. OK, un père hippy. N’empêche qu’il est à pied, que Liz le défends, mais qu’elle doit pour se faire gagner encore plus les bonnes grâces du supérieur, et qu’il ne reste pas grand chose à faire à part les pizzas, peut-être.

Ou partir, retrouver le devenir de ce père qu’il a perdu il y a déjà si longtemps. Au point de ne plus bien savoir d’ailleurs, qui il était réellement, vu qu’il était reparti aux USA avant le début de son adolescence. Il était sculpteur. Poète, aussi.

C’est loin, les USA, mais une fois qu’on y est, c’est simple : des routes, des gens qui répondent aux questions posées. Et partout ou il arrive, des traces de son père.


Commentaires

Logo de sylvain
samedi 29 septembre 2012 à 23h04 - par  sylvain

J’ai été subjugué par ce livre. Un plaisir rare car le style, le road movie, est en général assez navrant.

L’auteur combine à merveille l’humour anglais, un zeste de futurisme, une critique de la société américaine actuelle, et la description d’un jeune homme déjanté, à la recherche à la fois d’un père et d’une femme. C’est terriblement humain, malheureusement, et parfois un peu désespéré.

Mais c’est franchement à lire. A Dunkerque, il était de façon très surprenante classé dans la Science Fiction, alors que c’est finalement un roman très classique.

Navigation

Articles de la rubrique

  • Electrons libres