Sept jours pour expier

samedi 4 octobre 2008
par  sylvain
popularité : 48%

Atocha, une petite ville minière des États-Unis, dans le Nouveau Mexique. Une ville en déshérence, depuis le déclin de la mine. Et même le nouveau laboratoire de physique, tout neuf, n’arrive pas à dynamiser cette société fermée et immobile. Coincée entre ses 41 églises.

Loren, le chef de la police, maintient l’ordre à l’ancienne. C’est à dire que certaines choses, comme le bordel municipal, qui verse des subsides, est toléré, mais que les jeunes qui font des bêtises se prennent une bonne correction.

Aussi, quand un de ses amis, mort depuis 20 ans, vient re-mourir dans ses bras, Loren se fâche. On a pas le droit de venir perturber comme ça la vie locale. Et il rentre dans une vrai colère contre les quelques misérables qui se croient tout permis.

Même s’il doit, au passage, remuer un peu les usages immémoriaux de la contrée...


Commentaires

Logo de sylvain
samedi 4 octobre 2008 à 21h16 - par  sylvain

Voici donc un super bouquin de cet auteur inclassable. Complètement différent de toute sa prose, le voici maintenant, un peu comme "Vernon Sulivan", se lancer dans une sorte de polar critique, qui met, mine de rien, en exergue pas mal des défauts de la société Américaine.

Les églises, tout d’abord. Avec des descriptions de sermon, de prédicateurs, ou de guru bien crues et ma fois bien amusantes.

L’organisation municipale, aussi. Avec le poids des familles régnantes. Doit-on y voir des allusions aux familles Kennedy ou Bush, en plus mesquin et ridicule.

Ce qui pose le problème de la représentation politique. Dans cette ville très pieuse et tenue par une famille, c’est quand même un Maire Démocrate qui a été élu. L’avenir, tout doucement, arrive. Il est aussi corrompu que les autres, mais pas par les mêmes.

Et le FBI, la justice...

Un vrai régal. Un seul défaut, le début est un peu long à se mettre en place. Après, on ne peut plus s’arrêter.