Le Roi disait que j’étais Diable

samedi 20 décembre 2014
par  sylvain
popularité : 34%

J’avais 13 ans quand il m’a vue pour le première fois. Il arrivait, hagard, des terres du Nord pour prendre possession de moi et des mes terres. Moi, Aliénor. Je sus qu’il m’aimait dès son premier regard.

Moi, j’entais entourée de mes nobles, de mes troubadours et des chansons des terres du Sud. Lui, il arrivait de son cloitre dont l’Eglise l’avait tiré pour prendre le trône de France à la mort prochaine de son père. J’étais colère, guerre et vigueur, il était parole et indécision.

Mais l’héritage impose ses lois, et il fût mon mari. Et le peuple de France m’aimait.

Dès lors, j’imposais mon influence. L’influence de la force, celle que mes aïeux avait chantée et imposée, avec leurs voix et leurs lames, au péril de leur vie, jamais de leur honneur.

Jusqu’à Damas, que le Roi, jaloux de mon oncle, se mît en tête de conquérir pour montrer sa foi, et quine fît que montrer son désarroi. C’est alors que le peuple de France se détourna de moi.

L’Eglise et moi fîmes en sorte que je sois répudiée. Libre de devenir Reine des Anglais.


Commentaires

Logo de sylvain
lundi 22 décembre 2014 à 21h11 - par  sylvain

En général, on quitte un bouquin historique avec un bon souvenir, car à défaut de style, on a au moins le plaisir d’avoir appris ou retrouvé des sujets sur l’Histoire.

ici, le parti-pris est de narrer les années de mariage entre Aliénor et Louis au travers de leurs pensées. Et c’est une catastrophe.

Pour ce qui est de l’histoire, cela oscille entre une logorrhée sur quelques détails historiques, et des suppression de plusieurs périodes, probablement pour éviter d’allonger encore un texte sans intérêt.

Pour ce qui est de a chronologie des événements, on s’en tient à des visions partielles et partiales, sans aucune explication ne serait-ce que générale sur les tenants et aboutissants historiques des situations.

Il semble s’agir d’une présentation "poétique" des années Française d’Aliénor, mettant en exergue la culture des pays d’Oc. Mais le manque de clarté du propos en limite la compréhension à ceux qui connaissent déjà l’histoire, et, partant, qui n’ont pas besoin de ce point de vue.

A éviter.

Navigation

Mots-clés de l'article

Articles de la rubrique

  • Le Roi disait que j’étais Diable