Un Président ne devrait pas dire ça...

vendredi 4 novembre 2016
par  sylvain
popularité : 26%

Il n’est pas possible de résumer ce livre, composé à partir d’une centaine d’heures d’entretiens entre F. Hollande et les deux auteurs.

Le livre aborde la difficulté de la fonction, les grands sujets qui ont marqué le quinquennat et quelques personnes qui gravitent à proximité de la Présidence.


Commentaires

Logo de sylvain
vendredi 4 novembre 2016 à 19h08 - par  sylvain

Ce livre a suscité un énorme émoi, pour 3 ou 4 phrases ayant vexé les personnes visées, mais surtout du fait de l’énorme transparence dont François Hollande fait preuve à travers ce récit.

Car sans rien révéler de sensible en terme stratégique pour notre pays, il décode et explique à la fois ses visées, mais aussi les chemins qu’il a choisi (ou qu’on lui a imposés) pour y arriver.

Et le résultat est excellent.

Il ne s’agit pas d’un livre velléitaire, comme d’aucun, autre Présidents, ont pu en écrire, mais une narration, vérifiée par deux journalistes ayant l’indépendance chevillée au corps. Et, pour ce qui est de la pensée de F. Hollande et de son action, c’est lumineux.

François Hollande est un vrai président de Gauche, la gauche telle que je la rêve, humaniste, éclairée, un brin libérale pour garder tout le monde réveillé, généreuse tant quelle le peut, et surtout, libertaire. Indépendante des pressions économiques relevant de la compromission, elle est totalement orientée vers le bien commun, tant que celui-ci est atteignable, et ne relève pas d’un rêve certes sympathique mais irréaliste.

Je n’ai que deux reproches à faire à l’opus.

Le premier est qu’il est assez mal écrit. Le style des auteurs, pour intéressant qu’il puisse être pour des articles, n’est pas adapté à un opus de plus de 600 pages. Les mises en exergues de citations, qu’on lit la page suivantes, gênent la lecture plus qu’elles n’aérent le texte, et l’absence de logique dans chaque chapitre, ni réellement chronologique ni totalement pédagogique, complexifie la compréhension du propos.

Le deuxième est qu’ils sont passés totalement à côté de la conclusion. Journalistes d’investigation, le Président leur a donné une matière de première main, comme ils n’en avaient probablement jamais eu. Et plutôt que d’y voir le début d’un processus de transparence de la vie publique, ils préfèrent en rester à la vision obsolète d’un journalisme d’opposition à un pouvoir forcément opaque. Cela a été vrai pendant des années, avec un paroxysme Sarkozien, mais nous avons la chance que cela cesse. Saisissons là, mettons là en exergue plutôt que de mollir et de "cracher dans la soupe", qui est ce que j’ai ressenti à la lecture de la conclusion.

Navigation

Mots-clés de l'article

Articles de la rubrique

  • Un Président ne devrait pas dire ça...