Les choses s’arrangent mais ça ne va pas mieux

dimanche 20 mai 2007
par  sylvain
popularité : 28%

Jackson est venu à Edimbourg, pour voir Julia jouer une "première" au festival de théatre. A peine arrivé, il est témoins d’une violente altercation entre deux chauffeurs, à laquelle met fin un autre témoin, Martin, un auteur de polars.

Jackson profite de son séjour en Ecosse pour visiter Edimbourd, pendant les répétitions de Julia, mais il est très vite rattrapé par son passé de policier, et, quand il découvre le cadavre d’une jeune femme blonde dans la mer, il ne peut s’empécher d’intervenir et d’essayer de le sortir de l’eau.

Mal lui en prends, car le cadavre disparait, et Jackson devient, pour Louise, lieutenant de police en charge de l’affaire, un suspect plein de charme, mais un suspect quand même. Alors que pendant ce temps, Graham, promoteur immobilier véreux se meurt à l’hopital, pour le plus grand plaisir de sa femme qui ne le supportais plus, et pour le plus grand malheur de la police qui avait enfin fini par le coincer.

Martin, l’auteur des polars, traverse ces aventures tout en se remémorant ses aventures Russes, car la jolie Tatiana est très présente, sans que l’on sache bien qui elle est.


Commentaires

Logo de sylvain
jeudi 22 juillet 2010 à 20h03 - par  sylvain

on s’y met, et on ne peut plus décrocher. J’avais lu plusieurs de ses livres avant de commencer à faire ce site, ce qui fait que je n’ai pas pu écrire les résumés. Mais si le cœur t’en dit, n’hésite surtout pas, tous ses livres sont géants.

Bonne soirée

Logo de webmestre
jeudi 22 juillet 2010 à 19h42 - par  webmestre

Bonsoir, c’est le premier roman de K. Atkinson que je lisais : j’ai trouvé la construction de l’histoire très habile. On ne se perd jamais malgré le grand nombre de personnages qui de temoins deviennent héros de leur propre histoire. Je compte bien en lire un autre de cette auteure. Bonne soirée.

Logo de sylvain
dimanche 20 mai 2007 à 22h33 - par  sylvain

Un bouquin de Mme Atkinson est à chaque fois un grand moment de plaisir. Cet opus en déroge pas à cette usage : c’est le pied.

Cette fois, Kate Atkinson mélange tout. D’abord, une construction très classique, on est presque dans l’application des canons de la litterature : 1 lieu (Edimbourg), 5 personnages principaux, 5 jours..., et des chapitres bien sage qui présentent chacun des héros comme le ferait une scéne du Cid.

Mais en parralèle, une histoire décapante, avec des références aux mauvais côtés de la vie en société, la traite des blanches, le blanchiement d’argent, la corruption, l’amour trahi, la police qui fait ce qu’elle peut. Tellement d’histoires qui s’entrecroisent, en fait, qu’il y en aurait presque pour plusieurs livres.

Et en même temps, c’est rempli d’un optimisme totaln car pour chacun des protagonistes, on sent (ou on découvre à la dernière page) que la solution est toute proche, qu’il n’y a qu’à la saisir pour que la vie soit belle.

Le pied. Intégral.

Navigation

Mots-clés de l'article