Techno bobo

samedi 12 avril 2008
par  sylvain
popularité : 68%

Katia et Véronique sont trouvées mortes au pied d’une falaise, à proximité d’une rave réunissant plusieurs milliers de personnes. Les analyses mettent en évidence des traces d’Extasy et d’autres drogues. Des témoins les ont vues sauter. L’affaire est classée : suicide.

Mais Karim, l’ami de Katia, ne veut pas y croire, Katia ne peut pas s’être suicidée. Il remue ciel et terre pour relancer l’enquête, et allait se résigner quand le hasard d’une enquête policière l’amène à rencontrer Louise Morvan, la détective privée et ex-amie du Commissaire Clémenti.

Et Louise va mettre le paquet, parce que ses premières recherches l’ont convaincue que Katia, la petite « fée élastique », n’était que désir et aimait trop la "dance" pour envisager un seul instant de quitter la vie…


Commentaires

Logo de sylvain
samedi 12 avril 2008 à 13h49 - par  sylvain

mais, quand un auteur me plait, j’aime bien lire une partie de sa production rapidement, pour se faire une idée de son évolution, de son style...

Là, j’en suis à 3, avec un encore dans la PAL. Celui que j’ai préféré est effectivement "Passage du désir, parce que les personnages sont plus réussis.

Quand à "Strad", les personnages sont sympathiques mais l’intrigue est trop complexe, ce qui fait que la fin est un peu absconse, comme s’il fallait finir dans un nombre limité de pages.

Mais il faut en tout cas reconnaitre deux grandes qualités à Dominique Sylvain : le style est agréable, aisé à lire, même fatigué le soir, et les histoires possèdent une ambiance, un ton très marqué, mélange de tendresse, d’érotisme léger et de violence. C’est ma fois bien agréable.

Logo de sylvain
samedi 12 avril 2008 à 13h41 - par  sylvain

Pas franchement de frisson d’extase, à la lecture de ce polar, ni de pied intégral devant le ton, le style ou l’intrigue, mais néanmoins un vrai plaisir à découvrir l’histoire, qui mêle sexe, chinoiseries, drogues, raves, et l’infinie histoire d’amour en Louise Morvan et le Commissaire Clémenti.

Les personnages m’ont paru mieux "fonctionner" que dans Strad, étant plus aboutis et crédibles. Mais il reste encore un décalage, comme une distance entre l’auteur, l’histoire, et Louise. Celle ci est une chasseresse qui a besoin de ses charmes pour exister, et qui, finalement, reste encore très "machiste".

Le premier opus que j’avais lu, Passage du désir était sur ce point encore mieux. Le tandem de femmes, héroïne principales du livre, s’assumaient totalement comme femmes, sans avoir besoin du regard des hommes pour leur être égales, voire supérieures.

Mais en tout cas, ce bouquin est un agréable moment de polar.

Navigation

Mots-clés de l'article