098 - Mon culte sur la commode

samedi 23 juillet 2005
par  sylvain
popularité : 20%

Des terroristes ont piégé tout Paris. Déjà plusieurs bombes ont sauté, faisant des dizaines de morts.

Un terroriste cite le nom d’un diplomate, que la France expulse.

Simulant un détournement d’avion, San-A enlève le diplomate. Bérurier le fait parler, mais une bombe placée dans l’avion explose.

Ce diplomate disposait de réservations pour plusieurs nuits dans des hotels, d’abord près de Helsinki, puis en Russie, dans le cadre d’un voyage organisé.

San-Antonio, accompagné d’une jolie femme, s’y rends en lieu et place du diplomate, bientôt rejoint par Bérurier.

Il y retrouve Valérie, la vraie maitresse du diplomate, mais la femme qui l’accompagnait se fait assassiner.

Durant le voyage de Helsinki en Russie, Béru disparait, et San-A découvre que Valérie transporte un colis suspect et se fait remettre par un douanier Russe la clef d’une chambre d’hotel Russe.

San-A s’arrange pour y entrer, et y découvre plusieurs cadavres récemment tués. Après quelques péripéties, dont une jolie scéne entre San-A et Valérie, un des "cadavres" de la chambre, seulement blessé, en sort et accuse San-A d’être le tueur.

San-A est arrêté, interrogé, et raconte l’ensemble de l’histoire à la police Russe. Puis les policiers le laissent seul. San-A sort et s’apperçoit être seul dans un immeuble isolé.

San-A est receuilli par une femme seule, et passe un moment avec elle. La police survient qui le raméne à l’hotel.

La situation y est redevenue normale, comme si le massacre n’avait jamais eu lieu. Le groupe repart vers la Norvège. Passés la frontiére, quelques personnes, dont San-A, Béru et Valérie sont déroutés vers un lieu secret.

Ils y retrouvent le Vieux, qui donne l’explication finale de l’histoire.

La page sur les couvertures est ici.


Commentaires

Logo de sylv1
samedi 23 juillet 2005 à 22h29 - par  sylv1

Une intrigue un peu faible, puisqu’elle ne finit que par l’intervention du vieux, mais par contre des péripéties amusantes, des scénes torrides pas décrites, mais sussurées et évoquées avec humour et sensualité.