Je te retrouverai

dimanche 23 décembre 2007
par  sylvain
popularité : 12%

Jack est Canadien, et il à 4 ans. Il est l’enfant de William Burns, organiste de talent, et d’Alice, tatoueuse. Mais Williams a quitté Alice peu après la naissance de Jack, et Alice ne peut le supporter. Aussi, Alice emmène-t-elle Jack à la poursuite de son père, de ville en ville à travers toute l’Europe. Mais Jack ne rencontre jamais son père.

Puis, après avoir vécu des aventures diverses à Helsinki, Oslo, Amsterdam... Alice ramène Jack vers Toronto, et l’inscrit dans l’une des meilleures école : l’école de fille St Hilda. Jack y découvre qu’il attire les filles (même plus agées), et qu’il est doué pour être acteur. Il y découvre aussi dès ses 9 ans, mais à son corps défendant, les plaisirs du sexe. Et la chaleur de l’amitié avec Emma.

Puis Jack part à l’université, et, adulte, devient enfin acteur. Emma, son amie de toujours meurt mais lui lègue le script d’un livre qu’elle avait passé plusieurs années à écrire. Puis c’est mère de Jack qui meurt.

Jack remonte alors le temps et part refaire le périple que sa mère lui avait infligé. Il découvre les réelles motivations de sa mère et de son père, puis il retrouve son père.


Commentaires

Logo de sylvain
dimanche 23 décembre 2007 à 19h02 - par  sylvain

Les thémes récurrents de l’oeuvre de J. Irving sont tous présents dans ce nouvel opus : les relations complexes avec les femes, la lutte, la complexité des liens familiaux, et le monde, tellement plein de surprises bonnes et mauvaises, mais tellement passionnantes.

Mais on sent dès le début de la lecture quelque chose de plus que dans les autres livres, une histoire plus personnelle. D’autres lecteurs ont écrit à ce sujet, beaucoup mieux que je ne saurais le faire. Mais il est évident que cet opus doit être important pour Irving.

Mais même si l’on excepte ce côté biographie, l’histoire reste passionnante, et la vue "depuis l’enfance" des relations entre adultes est au minimum amusante.

C’est un Irving "complexe", et je déconseillerai de commencer à découvrir cet auteur par ce roman, mais c’est à lire.

Navigation

Mots-clés de l'article