Ormesson, Jean d’

Jean Bruno Wladimir François-de-Paule Le Fèvre d’Ormesson (parfois surnommé Jean d’O), né le 16 juin 1925 à Paris, est un homme de lettres, philosophe, romancier et chroniqueur. Né d’un père ambassadeur et d’une mère descendant de Louis-Michel Le Peletier de Saint Fargeau (conventionnel au Parlement de Paris 1779, qui a renié son origine noble pour défendre la cause du peuple). Il a passé son enfance au château de Saint Fargeau, en Bavière, en Roumanie et au Brésil.

Secrétaire général en 1950 du Conseil international de la philosophie et des sciences humaines à l’Unesco, il en devient président en 1992. De 1951 à 1971, il est rédacteur en chef adjoint de la revue Diogène (sciences humaines), puis rédacteur en chef. Il sera plusieurs fois conseiller dans des cabinets ministériels. En 1970 est devient directeur du Figaro.

Il est élu à l’Académie française le 18 octobre 1973. Il a œuvré pour y faire admettre la première femme : Marguerite Yourcenar.

Ses romans et essais sont souvent truffés d’anecdotes humoristiques et de digressions. La dimension autobiographique est très présente dans ses récits et essais. Sa vraie-fausse modestie est un des traits de caractère de son personnage, hautement médiatique.

Plus de détails sur wiki


Articles publiés dans cette rubrique

samedi 9 juillet 2011
par  jackie

C’est une chose étrange à la fin que le monde

Dans la 1ère moitié du livre, l’auteur alterne les chapitres le fil du labyrinthe et le rêve du vieux. Il retrace l’évolution de la pensée de l’homme par rapport à la compréhension du monde, de l’univers, de son origine et de la place de l’homme dans ce monde. Aussi bien d’un point de vue philosophique, (...)

Navigation

Mots-clés de la rubrique

Commentaires récents

10 septembre

Une très belle performance d’écriture !
Après deux livres totalement (...)

Mai 2016

Le principe est simple, c’est un huis-clos entre 5 personnages, 4 (...) L’écriture est hachée, probablement une figure de style pour mieux (...)

Décembre 2015

Le fil blanc est assez visible, mais c’est probablement voulu. (...)

Septembre 2015

L’histoire toute simple d’une femme qui découvre que l’homme qu’elle (...) Bon, autant le dire, c’est chiant.
C’est bien rare que je me (...)
Sur le net, les avis sur cet opus sont nombreux, et tournent en (...)

Juin 2015

Cela faisait plusieurs années que je n’avais rien lu de Mme Ovaldé. (...)

Janvier 2015

Gasp.
J’avais déjà eu cette impression de minusculité à la lecture (...)

Décembre 2014

Un petit bonheur, ce livre. On ne peut pas dire qu’il s’y passe (...)

Septembre 2014

j’ai trouvé dans cet opus trois parties très dissemblables.
Le (...)

Août 2014

J’ai du aller relire mes anciens commentaires et ceux de Jackie (...) C’est toujours sympa car le style est fleuri et les références à (...)

Juin 2014

Le thème, assez banal, est le déterminisme qu’amènent les expériences (...)

Mai 2014

le côté sympathique, c’est que ce sera probablement une série, et (...)

Avril 2014

Tiens, enfin quelque chose de nouveau.
J’avais lu quelques (...)

Janvier 2014

Ce n’est pas de la grande littérature, mais par contre, dieu que (...)

Décembre 2013

Un opus très intéressant, et qu’il faut probablement plusieurs jours (...)

Novembre 2013

Au premier abord, l’opus fait vide. Court, et vide.
Certes, on a (...)

Octobre 2013

Une femme plus tout à fait jeune, qui écrit les aventures d’un (...) C’est une histoire d’amour réciproque à l’épreuve de la vie, chaotique (...)

Septembre 2013

Et bien voilà un opus bien amusant.
La situation est baroque, et (...)

Août 2013

Le bouquin, globalement, est décevant. Car il y a une quantité (...)

Février 2013

On peut comparer la composition de ce roman à celle d’un portrait (...) Un très beau livre, intéressant à au moins deux titres.
D’abord, il (...)

Janvier 2013

Le problème, avec ce livre, c’est de s’arrêter. Non que l’intrigue (...) Après avoir lu un autre roman de la même auteure L’embellie, je me (...) Ce roman est plein de douceur, de tendresse, de tristesse aussi, (...)

Octobre 2012

Ni totalement historique, ni totalement inventé, c’est une petite (...) Allons bon. Voici que Mme Nothomb nous fait une Nième version (...)