La confrérie des éveillés

jeudi 13 octobre 2005
par  sylvain
popularité : 27%

Un jeune Juif, Moshe, doit fuir Cordou du fait des persécutions dont les juifs sont victimes à l’arrivée des Almohades. Avant son départ, son oncle lui confie une mission mystérieuse et un signe de reconnaissance, un tetradrachme en or.

Environ à la même période, un jeune musulman, Ibn Rushd, esprit vif et un peu en marge des convenances, est convoqué chez le Sultan, à Fès. Un ministre lui confie une mission du même type, et un signe de reconnaissance similaire.

Parallélement l’un à l’autre, ces deux jeunes hommes vont se lancer à la quête du livre le plus important jamais écrit. Cette quête est l’occasion d’une initiation au savoir, et à la réflexion sur les liens entre raison, religions et pouvoirs.

Vers la fin du récit, ils se rencontrent, et mettent en commun à la fois leur expérience et leur savoir.


Commentaires

Logo de webmestre
mardi 23 décembre 2008 à 11h34 - par  webmestre

ceci la confrérie des éveillés est un livre qu’il faut appréhender non pas de manière superficielle mais dans son profondeur. ceci dit il faut avoir repérer le contexte philosophique dont lui fait allusion en tirer les quelques données dont on a besoin pour progresser dans nos propres recherches.

Site web : les éveillés
Logo de sylvain
dimanche 12 août 2007 à 12h45 - par  sylvain

que c’est beaucoup plus "vrai" que le Da Vinci code, qui détourne l’histoire pour la faire coller à son intrigue. Et Attali est aussi un sacré auteur, que ce soient des essais ou des romans.

Logo de webmestre
dimanche 12 août 2007 à 11h48 - par  webmestre

j’ai trouvé que c’était super et riche comparé au da-vinci code !

Logo de webmestre
lundi 1er mai 2006 à 17h46 - par  webmestre

Oui, l’intrigue est bonne, mais il me semble qu’il y a des problèmes avec la géographie. Car de Tolède, Cordoue, Séville je ne me vois pas aller à Almeria pour traverser le détroit de Jabal Tarik (devenu Gibraltar). Tarik Bnou Ziad donna son nom au rocher Jabal Tarik, d’où le nom de Gibraltar.

Ce serait plus Algeciras et non Alméria

Logo de sylv1
jeudi 13 octobre 2005 à 22h01 - par  sylv1

L’intrigue est amusante, les faits historiques principaux réels, le livre est très documenté, et le style de J. Attali est quand même plutôt bon. L’ensemble est donc assez réussi et agréable à lire. Avec un plus un côté instructif, surtout sur l’ouverture dont faisait preuve l’Islam à cette période.

Mais le livre est encombré de joutes ou digressions religieuses, certes intéressantes, mais que j’ai trouvées lassantes. Historiquement, c’est bien de découvrir ou en était la pensée scientifique et religieuse de l’Islam au moyen âge (quelle avance sur la chrétienté). Mais à force, c’est un peu lassant.

Ceci dit, lisez-le, ça a au moins un côté tolérant bien sympa.

Navigation

Mots-clés de l'article

Articles de la rubrique