Les vies parallèles de Greta Wells

mercredi 4 mars 2015
par  sylvain
popularité : 90%

Cela a commencé dès la première séance, en fait. J’étais déprimée après le départ de Nathan et la mort de Félix, mon frère homosexuel que le Sida venant d’emmener, alors je m’étais résolu sur les conseils de tante Ruth à aller consulter le Docteur Cerletti pour des séances d’hypnose.

Le lendemain, ne me réveillant, j’étais en 1919. Marié à Nathan, qui se trouvait quelque part en Europe, à finir la guerre. Dotée d’un frère qui voulait épouser la fille du Gouverneur (les bans étaient déjà publiés), et d’un jeune homme, Léo, qui me regardait avec dans les yeux un feu qu’on ne pouvait pas vraiment ignorer. Cela dura quelques jours, jusqu’à la séance suivante, qui m’envoya cette fois en 1941.

Là, j’étais l’épouse de Nathan, nous avions un enfant. Nathan travaillait beaucoup, et rentrait tard, le soir. Ruth était morte, dans cette version de ma vie, mais je sentais que je pourrais me lier d’amitié avec Millie, une femme que mon mari avait engagée comme nurse. Cela ne dura que 2 jours, puisque la séance suivante me renvoya dans mon présent.

Toute trois, nous passâmes ainsi plusieurs fois dans le présent de chacune d’entre nous, la femme libérée de 1919, amoureuse d’un homme jeune et fougueux, la mère au foyer de 1941, qui réussit à ramener à la maison un époux un peu volage, et moi, femme délaissée du début du XXIème siècle.

Ce n’est pas simple, finalement, de vivre plusieurs scénarios de sa propre vie, de voir ceux qu’on aime faire des choix que l’on sait mauvais, du fait de notre connaissance d’autres futurs, et de nous sentir nous même aussi dépendante de la recherche d’un bonheur qui n’est jamais simple à obtenir, ni vraiment durable.


Commentaires

Logo de sylvain
dimanche 22 mars 2015 à 23h04 - par  sylvain

Le début peine à convaincre. Trop simple, trop déjà lue", cette histoire de femme qui saute d’univers en univers.

Et puis, à la fin du premier "tour" entre les trois versions de l’héroïne, cela prends.

Et il faut bien admettre que c’est fameux.

Trois versions des même personnages, dans trois époques. Avec leurs travers, leur caractères, qui mettent en scène trois versions d’une relation de couple, d’une relation homme(s)/femme(s).

Ce qui permet une réflexion sur la façon de mener sa vie, sur ce que nous sommes, l’influence de nos choix, parfois déterminants, parfois balayés par autre chose. Sur la difficulté d’être un couple durable, aussi.

C’est réellement à lire.

Navigation

Mots-clés de l'article

Articles de la rubrique

  • Les vies parallèles de Greta Wells