Fondation 6 : Fondation foudroyée

lundi 18 décembre 2006
par  sylvain
popularité : 47%

Un siécle après, le Plan Seldon se déroule de façon presque parfaite. Si parfaite que sur chacune des fondations, des doutes surgissent quant à la puissance qui assure la qualité de ce plan de route.

Sur la première fondation, le Maire envoie Golan Trevize à la recherche de la seconde fondation. Mais sur la seconde, un des Orateurs cherche lui aussi d’ou vient ce respect presque parfait des équations de la psychohistoire.

Après moult pérégrinations, ces deux protagonistes se retrouvent près de Gaïa, une mystérieuse planéte habités par des humains aux pouvoirs psy leur permettant de ne plus faire qu’une seule communauté, tout en gardant chacun une part d’individualité. Une sorte de libre arbitre partagé.

Et cette "être" propose à Golan de choisir entre trois futurs , l’un sous l’égide de la prmeière fondation, guerrier, l’autre sous l’égide de la seconde fondation, dictature des orateurs, l’autre organisé comme Gaïa, super organisme à la taille de la Galaxie.

Golan s’oriente vers le troisième choix, mais s’interroge sur ses motivations réelles.


Commentaires

Logo de sylvain
lundi 18 décembre 2006 à 21h33 - par  sylvain

On sent la lassitude d’Asimov dans cet opus, à tout le moins celle de son lecteur. Beaucoup (trop) de dialogues répétitifs, des digressions interminables, et peu d’imagination.

Sauf bien sûr cette prédiction qui restera éternellement valable : pour être unis, il faut communiquer et se comprendre, partager les valeurs et la culture. Pour un empire galactique, séparé par essence (les planétes) en de nombreux morceaux, la seule solution viable est l’unité psychique.

Les trois lois de la robotique restent une des inventions les plus magistrales de la SF, celle-ci (Gaïa) me parait plutôt le fruit d’un idéalisme bancal. Ceci dit, il faut encore attendre 20 000 ans pour savoir s’il avait raison...