Mémoire II : Oui mon Commandant !

dimanche 25 juin 2006
par  sylvain
popularité : 28%

Amadou à 20 ans, et il vient d’être nommé fonctionnaire à Ouagadougou, soit à plus de 1000 km de son lieu de résidence actuel.

Il entame ce périple, d’abord accompagné d’un garde sensé le surveiller, mais avec qui il sympathise. Ce sont tout au long du chemin des retrouvailles avec l’Afrique profonde, sa famille au sens large, ses racines.

Puis la découverte du Nord, la Haute-Volta, Ouagadougou, et des ethnies qu’il connaît mal. Certaines épreuves qu’il traverse le rapprochent de la religion musulmane, pratiquée par une grande partie de sa famille.

Vient ensuite sa vie de fonctionnaire, avec des hauts et des bas, mais une vraie admiration pour la plupart des grands commis de l’état qui ont administré ces régions, et une description "de l’intérieur" de relations entre la population et l’administration blanche.

Il se marie, a des enfants, et commence sa vie d’homme. Il décrit ses prises de responsabilité, le mode de vie réel des Européens et des Indigènes, les rapports entre personnes dans la culture Africaine, le respect aux anciens, le tissus famillial, les coutumes, et pour finir, ses rapports avec la religion musulmane et Tierno, son guide spirituel.


Commentaires

Logo de sylvain
dimanche 25 juin 2006 à 12h34 - par  sylvain

C’est facile à lire et dépaysant. On est trempé dans une autre culture, profondément différente de la nôtre, et néanmoins très humaine. Peut être un tout petit bémol, finalement, je ne sais pas si les Africains pauvres peuvent se reconnaitre dans un ce livre, l’Afrique décrite est déjà celle des dirigeant, certes attachés à leur culture (les référeces de M. Bâ sont bien sûr inattaquables), mais qui sont quand même des dirigeants.

Pour découvrir, ça vaut la peine d’être lu.

Navigation

Mots-clés de l'article

Articles de la rubrique

  • Mémoire II : Oui mon Commandant !