Blade Runner 2

vendredi 26 août 2011
par  sylvain
popularité : 70%

Deckard a quitté la police de LA, et est parti dans une cabane du fond de l’Oregon, avec Rachel. Enfin, une Rachel. Une Rachel réplicante dont l’espérance de vie est limitée à quelques mois, et qu’il place en cercueil de survie, pour ralentir à l’extrême son métabolisme, sauf un jour par mois. Pour faire durer.

Mais Deckard était le meilleur et le plus dur des Blade Runners, ces policiers d’élite chargés de détruire les réplicants, ces être mi-humains mi-machine créés par la Tyrell Corp, afin d’aider à la colonisation de l’espace.

Aussi, dès que la police et la Tyrell s’aperçoivent qu’un réplicant est en liberté dans LA, c’est Deckard qu’il vont chercher. Surtout après que Holdent, Bryant et d’autres se soient fait descendre. Avec des arguments convaincants. Tu viens ou tu viens, par exemple.

En quelques années d’absence, Deckard découvre que la situation a empiré, que les réplicants sont peut-être partout, même là où on ne le penserais pas, et que de toutes façons, entre un presque mort réparé avec des bouts de machine et une machine humanisé avec des bouts d’humain... la différence, parfois, est de la philosophie.

Alors quelqu’un doit mourir, et la Tyrell être détruite, pour expier, et laisser les autres profiter de leur vie, quelle qu’elle soit.


Commentaires

Logo de sylvain
dimanche 28 août 2011 à 23h56 - par  sylvain

Le tome 1 présentait un monde évolution ratée du notre, avec une opposition franche entre les humains, et les machines bioniques sensées servir. Au risque parfois de les voir prendre le contrôle de la situation.

Dans le tome 2, c’est plus flou. On a toujours la même opposition, mais la nouveauté est la fragilité des différences humains / réplicants. Voire, l’absence de différence visibles entre ces deux espèces, qui doivent donc apprendre à vivre ensemble.

Et finalement, le plus simple est encore de s’aimer, non, alors, c’est le nœud de l’intrigue.

Assez banal, pas très bien écrit, une suite un peu juste du premier tome.

Navigation

Mots-clés de l'article

Articles de la rubrique