Le goût de l’immortalité

samedi 21 mars 2009
par  sylvain
popularité : 61%

Vers mes 8 ans, ma mère m’avait payé une piscine privée. Mais l’eau était chargée en métaux lourds... Maintenant, je suis une adolescente morte depuis plus de 250 ans, vivant avec désespoir dans un monde pollué, violent et contrôlé par des pouvoirs ancestraux devenus fous.

Aussi, quand nous avons rencontré Cmatic, ma mère et moi, il avait apporté comme un peu de fraicheur dans notre monde. Certes, il en était mort, car les quelques secrets qu’il avait peut être découverts ne devaient pas être dévoilés. Et certes, ses amis Cheng et Shi étaient probablement morts eux aussi, vu le nombre de personnes qui leur en voulait. Mais quand même, un peu de fraicheur et d’amour, ça fait du bien.

Car malgré tout ce désespoir, finalement, vivre, même mort, c’est agréable.


Commentaires

Logo de sylvain
samedi 21 mars 2009 à 14h34 - par  sylvain

Il faut quand même tout d’abord reconnaître que l’imaginaire de ce livre, le monde qui y est décrit... tout cela est bien sympathique. On se croirait mieux que dans un film d’hyper-violence, bon compromis entre des atrocités commises par les pouvoirs en place et des trucs type vampires.

Mais par contre, le parti pris d’écrire ce livre comme un long monologue est quand même plutôt un handicap. OK, cela permet de lancer de longues descriptions, bien écrites, mais au fil des pages, cela devient parfois lassant.

Et c’est réellement dommage, une plus grande légèreté d’expression aurait conduit à un petit bijou.

Navigation

Mots-clés de l'article

Articles de la rubrique