Juste avant l’oubli

samedi 26 décembre 2015
par  sylvain
popularité : 18%

Franck n’aime pas son prénom, mais il aime Émilie. Depuis 8 ans, depuis qu’il l’a rencontrée, depuis qu’ils se sont mélangés, qu’il ne font plus qu’un. Enfin, pour Franck.

Franck est infirmier, par choix, Émilie préfére dire qu’il est médecin. Elle a repris ses études, par impossibilité de continuer à enseigner en collège. Elle fait une thèse sur Galwin Donnell, l’écrivain maudit qui a vécu les 20 dernières années de sa vie sur Mirhalay, une petite île des Hébrides, au bout de nulle part.

Émilie est chargée de l’organisation des Journées d’Études sur Galwin Donnell, sur Mirhalay. Elle y est partie depuis trois mois, et Franck vient l’y rejoindre. L’île est coupée du monde, et très vite, Franck se rends compte que seul Jock, le gardien solitaire de cette île communique réellement avec Franck, peu sensible à la séduction de l’auteur mort.

Le couple se disloque, d’abord imperceptiblement, puis de plus en plus fortement, sans qu’aucun des deux n’y puisse rien. Malgré leur douleur, leurs routes sont maintenant différentes.


Commentaires

Logo de sylvain
mercredi 24 février 2016 à 22h42 - par  sylvain

C’est un livre qui explore avec finesse et une grande économie de moyens les diverses formes de l’amour.

On y trouve tout d’abord l’amour entre Emilie et Franck, les deux protagonistes de l’ouvrage. Un amour fou, mais qui s’étiole car chacun y projette quelque chose que l’autre ne peut y mettre, des enfants pour Franck, la réussite pour Emilie. Et qui donc disparait, au fil des pages, au désespoir de l’une comme de l’autre.

En contrepoint, il y a l’amour que portait l’Auteur, le sujet d’études d’Emilie, à son épouse. Amour fou et fort, qui a poussé celui-ci à s’isoler du monde dès lors que cette dernière l’eût quitté. Quitté pour une raison symétrique à cette qui sépare Emilie de Franck : il est un auteur à succès, il a la réussite. Mais, en vrai, il est gentil.

En complément, on a l’amour que le personnage fétiche de l’Auteur porte aux femmes en général : lui n’est pas gentil, il séduit, il prends, il quitte. Un amour charnel, rapide et sans lendemain. Un amour solitaire.

Et pour finir, il y a l’absence d’amour, illustré tant par le Professeur qui séduit Emilie et qui brusque la fin de sa relation à Franck, et par le gardien de l’Ile, devenu fou de solitude, mais incapable d’une relation car incapable de supporter l’altérité.

En quelques mots, avec deux personnages principaux et quelques autres, tout est dit et illustré. La difficulté à construire et faire durer une relation, les multiples raisons qui peuvent, légitimement, la faire disparaître, les formes que peuvent prendre les conséquences de cette disparition, d’une nouvelle relation, plus complète car bâtie sur plus d’expérience, à la folie.

Pour ne rien gâcher, c’est en plus bien écrit, agréable à lire. Si j’étais ministre de l’Education, je supprimerais des programmes un grand nombre de classiques pour les remplacer par cet opus, résolument dans le siècle, mais tout aussi intéressant.

Lisez le.

Navigation

Mots-clés de l'article

Articles de la rubrique

  • Juste avant l’oubli