A l’encre Russe

vendredi 18 octobre 2013
par  sylvain
popularité : 14%

Nicolas n’a pas vraiment réussi ses études, pas comme François, son ami de Khâgne qui, lui, est rentré à Normale Sup. Mais Nicolas a rencontré Delphine, et il s’est installé dans sa vie d’adulte avec Delphine, et Gaël, la fille de celle-ci.

Puis, à l’occasion du renouvellement de son passeport, il s’est aperçu qu’il ne savait pas vraiment qui il était. Que son père, mort depuis des années, ne s’appelait pas Duhamel, mais Koltchine. Et que rien n’explique que ce secret lui soit resté étranger si longtemps.

Alors Nicolas va d’abord se lancer sur les traces de ce père, puis écrire un roman, pour exprimer la souffrance de cette découverte si tardive. Le succès du livre est tel que la vie de Nicolas bascule quelques années dans le faste et le luxe, au point que Delphine le quitte, et que François se détourne de lui...


Commentaires

Logo de sylvain
vendredi 18 octobre 2013 à 23h38 - par  sylvain

Une femme plus tout à fait jeune, qui écrit les aventures d’un jeune homme qui lui même écrit les aventures d’une femme plus tout à fait jeune qui cherche ses racines.

Une auteur à succès qui écrit sur la difficulté d’être un auteur à succès, sur l’horreur, la superficialité et la bêtise des relations humaines dans le monde d’en haut.

La symétrie entre l’auteur et son héros est évidente, et les asymétries qui en découlent sont probablement assez simple à expliquer. L’ensemble est assez navrant, un peu comme un livre qui aurait été conçu, mais en suivant un mauvais plan.

C’est facile à lire, mais cela n’a aucun intérêt, ni littéraire, ni pour l’intrigue.

Navigation

Mots-clés de l'article

Articles de la rubrique