Spin State

lundi 11 juin 2012
par  sylvain
popularité : 90%

Ce qui a le plus changé la vie des humains, sans conteste, ce sont les cristaux de Compston à spin intriqués, qui permettent donc les communications à forts débits à grande distance, et même les sauts quantiques. Avec un assez bon taux de recomposition à l’arrivée, en général les humains se rappellent presque de tous leurs souvenirs.

Catherine Li en est à son 37ème saut, depuis qu’elle s’est enrôlée comme soldat de l’ONU. Et si elle a gardé un peu de ses souvenirs d’antan, c’est essentiellement parce qu’elle trafique ses unités de sauvegardes, et parce qu’elle s’entend très bien avec Cohen, une des IA émergentes les plus puissantes.

Aussi, c’est à elle que l’ONU confie l’enquête sur la mort de Sharifi, la physicienne dont les travaux sur la genèse des cristaux aurait pu modifier l’équilibre des forces en présence, et donner aux Ligues, ces abominations utilisant sans retenue le clonage des humains, élevés dans des ruches ou le collectif passe avant toute chose, y compris et surtout l’individualité.

Mais sur la planète Compston, la civilisation usuelle n’a plus court, un mélange de mysticisme et de pragmatisme a pris le dessus chez les mineurs, ces quasi-humains qui partent à la recherche des cristaux sous des kilomètres de terre. Et les conflits d’intérêts deviennent plus compréhensibles quand Catherine comprends que la source des cristaux pourrait définitivement se tarir, menaçant de ruine ce qu’est devenue la civilisation humaine.


Commentaires

Logo de sylvain
lundi 17 septembre 2012 à 23h26 - par  sylvain

Ca faisait longtemps que je n’avais pas lu un bouquin de SF qui amenait quelque chose à ce que je connais du genre. Là, c’est fait (du moins, je crois).

L’idée générale est simple : grâce à ces cristaux, on communique instantanément. Et donc, on peut se déplacer aussi instantanément. Physiquement ou pas. Mais c’est pareil. Et c’est ça qui change tout.

Car dès lors que la communication de cerveau à cerveau est instantanée quelle que soit la distance, et qu’on peut communiquer avec des IA, le monde réel est un simple vestibule dans lequel on peut circuler sans limite. D’où une pression infernale sur la source de cette merveille, mise en scène ici au travers de l’assassinat d’une scientifique qui allait réussir à comprendre ces cristaux, vus dans leur milieux naturel comme une espèce pensante en tant que telle (ce qui en aurait limité l’usage, convenez-en, et donc appauvri quelques profiteurs installés au commande de l’extraction de ces merveilles).

J’ai lu sur le net des critiques acerbes de cet opus, qui m’ont semblé plus lié au sexe de l’auteur qu’à un quelconque manque de qualité du livre. Essayez en par vous même la lecture, moi, j’ai bien aimé.

Navigation

Mots-clés de l'article

Articles de la rubrique

  • Spin State