Les derniers jours de nos pères

dimanche 26 avril 2020
par  sylvain
popularité : 91%

Dès le début de la guerre, Paul-Emile cherche à s’engager dans la résistance, pour sauver son père de la barbarie nazie. Il faut pour cela quitter ce père aimé, tellement aimé depuis la mort de la mère.

Paul-Emile est recruté par la SOE, service anglais chargé de mettre en place des réseaux d’agents permettant de déstabiliser l’ennemi allemand dans chacune des pays conquis. Recruté et formé, dans le secret de camps d’entrainement, en Angleterre. Avec une équipe d’autres jeunes hommes, qui deviennent plus que des amis. Et Laura, Laura qu’il admire, qu’il aime, et dont il devient l’amant.

Viennent les missions dont presque tous se tirent sans dégâts, puis approche la fin de la guerre. Paul-Emile, qui n’a presque pas donné de nouvelles à son père depuis qu’il est agent secret décide de l’emmener loin de Paris, pour le protéger.

Mais cela échoue, Paul-Emile est pris, on lui demande de choisir entre la vie de son père et les informations sur son réseau, dont l’adresse ou il sait que se trouve Laura. Il parle, puis il est tué.

Laura échappe de peu aux Allemands, mais un autre des membres de la bande est pris et se suicide avant d’être torturé.

A la fin de la guerre, des membres du groupe cherchent à comprendre comment Paul-Emile a pu se faire prendre, et découvrent qu’il a trahi. Mais pour Laura, qui porte l’enfant de Paul-Emile, tous se taisent.


Commentaires

Logo de sylvain
mardi 5 mai 2020 à 21h36 - par  sylvain

Disons le tout net, c’est très très décevant.

Autant "La vérité sur l’affaire Harry Quebert" était éblouissant en terme de construction, de rebondissements et de retournements de situation, autant, ici, on a l’impression que l’auteur à voulu aborder un thème sérieux et s’est complètement pris les pieds dans le tapis.

Ca reste relativement agréable à lire, mais sans suspens ni intrigue, un opus avec peu de fond ne peut donner que ce qu’il a, c’est à dire pas grand chose.

Navigation

Articles de la rubrique