F.A.U.S.T. - 3 - Tonnerre lointain

samedi 23 octobre 2010
par  sylvain
popularité : 21%

Comme les 4 autres membres de son team, Chan est sorti totalement modifié des traitements reçus lors de "l’entrainement" (cf F.A.U.S.T. 2. Le square n’y est pour rien, bien sûr, et la manœuvre de l’Instance n’a pas réussi. Mais Chan est un surhomme, doté de capacités tellement exacerbées que le simple fait de vivre devient presque un cauchemar. Et Ève, la plus intelligente mais aussi la plus fragile, n’y a pas survécu. Elle s’est suicidée.

Chan voudrait réussir à éviter le même sort à une autre des victimes des cliniques de Lazlo Coynes, dont il pense qu’elle a subit aussi les mêmes traitements qu’Ève et lui.

Le simple fait de la retrouver est une épreuve, un peu comme un chemin initiatique, vers la découvertes des nouvelles possibilités de ce corps surhumains. Et pour découvrir, en fait, que certains préfèrent laisser leurs illusions dans des modélisations de leurs personnalités. Pour mieux se transformer, et ne plus avoir à supporter leurs actes, probablement.


Commentaires

Logo de sylvain
samedi 23 octobre 2010 à 18h43 - par  sylvain

Les deux premiers (F.A.U.S.T. et F.A.U.S.T. 2 Les défenseurs) opus sont bien vrais bouquins d’anticipation, qui traitent essentiellement du devenir du capitalisme. Il s’agit bien sûr de fiction, mais c’est réaliste, intéressant, et bien traité.

Le troisième tome est plus intimiste. C’est la quête d’une personne tellement modifié qu’il ne se sent plus humain, et qu’il cherche quelqu’un lui ressemblant, pour échanger avec elle...

Nous voici donc parti vers l’exploration ce qu’un corps modifié par nanotechnologie pourrait faire. Bon, ok, on peut changer de physionomie, on est fort, on peut faire des kilomètres...

Ce n’est pas nouveau, et, même si c’est bien fait, c’est loin d’être au niveau des précédents opus.

Il ne faut pas non plus être trop dur, ça reste un livre de SF qui se lit bien, avec quelques sujets bien traités. Juste, ça aurait pu être encore mieux. Fais nous encore rêver, s’il te plait, M. Lehman.

Navigation

Mots-clés de l'article

Articles de la rubrique