Les désorientés

samedi 16 mars 2013
par  sylvain
popularité : 37%

Adam vit en France depuis plus de 20 ans lorsqu’il reçoit un appel de la femme de son ami d’enfance, Mourad, qui lui indique que celui-ci est mourant et souhaite lui parler une dernière fois.

Malgré les choix de vie très différents qu’ils ont retenu, bien que Adam considère que son ancien ami s’est sali les mains, en restant au pays, Adam ne peut résister à cet appel et s’envole vers le Liban dès le lendemain.

A l’arrivée, Mourad est mort, et Tania lui demande de réunir tous ces anciens amis, pour d’ultimes retrouvailles. Adam hésite, mais il retrouve Sémiramis, une amie très chère de cette époque, et elle le presse aussi de tous les réunir encore une fois.

Adam remonte alors dans ses souvenirs et renoue des contacts avec tous ceux qui sont partis, USA, Brésil, France, et tous ceux qui sont restés. Bien que tous les chemins aient divergé, tous acceptent avec joie de se retrouver, pour parler de Mourad avec les mots d’aujourd’hui. Chacun des anciens amis retrouve alors la terre du Liban, et les retrouvailles peuvent débuter.


Commentaires

Logo de sylvain
dimanche 24 mars 2013 à 23h07 - par  sylvain

Le titre, bien évidemment, place le problème central en évidence : ces femmes et ces hommes (et plus généralement toute l’humanité) ont perdu non pas une direction, mais l’orient. Avec ce qu’il avait d’unique, pays de miel ou l’on vivait ensemble au même endroit, dans le respect de la citoyenneté de chacune, celle de sa religion.

La création d’Israel, les nouvelles formes de pouvoir, les exodes des divers communautés, et la montée d’un intégrisme religieux unique, par essence opposé à toutes les autres formes de croyances ou d’incroyance, ont fait voler en éclat l’équilibre millénaire de la douceur de vivre ensemble sur les rives du Jourdain et du Litani.

Et tout cela, le locuteur le redécouvre à la mort de son ami, qui l’avait appelé pour partir en paix, après 30 ans de brouille.

Je ne connais pas le Liban, mais tous les gens qui en parlent ont effectivement des propos similaires. Un lieu magique, disparu sous les assauts de la modernité et les bombes des pays voisins.

Ce livre l’illustre d’une façon fort sympathique.

D’abord au premier degré, par l’histoire qu’il raconter. L’histoire d’une brouille d’honneur entre deux amis très proches, qui se retrouvent à la mort de celui qui est resté au Pays. L’histoire de la redécouverte de son enfance, de son adolescence, des femmes qu’on a aimées et pas forcément touchées pendant les années de jeunesse. L’histoire d’un groupe d’amis qui se recompose, par delà toutes ses divergences, à la mort de l’un d’entre eux. Et surtout, l’histoire d’un groupe d’amis qui a explosé dans les années 70, pour simplement vivre du mieux possible des évènements qui les ont dépassés.

Mais aussi, un peu comme "Cent ans de solitude", avec un deuxième degré dans lequel chaque personnage représente, par delà lui-même, une partie de l’âme du Liban. Mourad, qui s’est compromis et qui en meurt, Adam, parti vivre sa soif d’absolu au pays des lumières (pour ce qu’il en reste...), et les autres, chacun devenu dans son domaine une référence, prouvant par là que venir du Liban donne une lumière à laquelle rien ne peur résister.

Mais pour ces deux niveaux de lecture, la fin est triste. Le pays est en ruine, les routes mal entretenues, et Adam, parti cherche son ami Ramez, comme lui catholique mais qui, après une brillante carrière d’architecte s’était retiré dans un monastère, meurt (ou presque) dans un accident de voiture. Le Liban n’existera plus, et cela motive le titre.

Alors, que faire de cet opus ? C’est un peu long, le style est parfois un peu limite, comme si l’émotion emportait l’écrivain, et la fin est abrupte, mais comme description de la disparition d’un monde merveilleux, c’est un conte qu’il faut lire, et qui aide probablement plus à comprendre les affres de l’histoire récente de cette région du monde que bien des livres d’histoire.

Navigation

Articles de la rubrique

  • Les désorientés