Pas pleurer

lundi 2 mars 2015
par  sylvain
popularité : 46%

Quand elle avait 15 ans, Montse a vécu l’été de sa vie.

C’était 1936, elle devait se faire embaucher comme bonne chez don Jaime, mais celui-ci a dit d’elle qu’elle avait l’air modeste. Et cela ne lui a pas plu.

Comme José, parti travailler à Lérima comme tous les étés, était revenu avec des idées nouvelles plein la tête, des idées d’égalité, de fraternité entre les hommes et les riches, des idées d’émancipation des hommes, d’instruction pour tous, des idées de révolution.

Et parce que c’était l’été de tous les possibles, un gouvernement essayant de mettre en oeuvre des idées socialistes, et partout des fleurs libertaires ou communistes.

Alors Montse est partie en ville, avec José et Juan, découvrir la révolution et ceux qui la font, les étrangers aux accents si doux venus s’engager pour défendre la liberté du peuple Espagnol contre sa propre armée, celle commandée par le colonel Franco, qui, aidée de quelques hommes de main, faisait régner la terreur dans certaines parties de l’Espagne. Au point que Bernanos, pourtant indéfectible soutien de l’ordre en Espagne, se met à changer de point de vue, à partir en France, et écrire des textes si beaux sur les massacres de l’épuration franquiste.

Montse a rencontré André, ils se sont aimé une nuit. Il est parti faire la guerre, elle ne l’a plus jamais revu. Elle a gardé un souvenir de lui, un enfant. Dans son ventre.

Alors elle est revenue au village, avec José qui lui aussi avait changé d’avis sur la liberté qu’on lui proposait et les massacres qui allaient avec. Les massacres des curés et autres curetons par les libertaires, les massacres des libertaires par les communistes.

Au village, c’est Diego, le fils de don Jaime, qui est devenu le chef. Lui est communiste, probablement pour ennuyer son père. Mais il est toujours amoureux de Montse. Alors il l’épouse, et sera le père de cette fillette.

Et puis ce sera le règne de Franco, et le départ vers la France. La vie de Montse aura duré un été.


Commentaires

Logo de sylvain
dimanche 22 mars 2015 à 23h12 - par  sylvain

L’esprit Goncourt à encore frappé.

Que dire de cet opus : il est sensé nous parler de la guerre d’Espagne, de cette liberté qui a porté l’Espagne pendant quelques mois vécue par une jeune fille et par un écrivain célèbre.

On peut résumer de la façon suivante : elle a rencontré un jeune français, ils se sont aimés une nuit, il est parti faire la guerre, enceinte, elle est retournée dans son village épouser le fils du bourgeois local. Les horreurs de cette guerre civile ont choqué certaines bonnes âmes fascistes, tout ce petit monde s’est retrouvé en France après guerre, pour le reste d’une vie qui n’en était pas une.

En 200 pages, tentant de refléter le français approximatif d’une immigré espagnole.

En étant gentil, on peut dire qu’il y a quelque chose d’émouvant dans ce récit des 2 mois de bonheur d’une mère fait par sa fille.

De là à en faire un best-seller...

Navigation

Mots-clés de l'article

Articles de la rubrique

  • Pas pleurer