Salle d’embarquement

samedi 10 mai 2008
par  sylvain
popularité : 48%

Mark Chamberlain est cambrioleur. Il s’introduit chez les gens, plus pour les découvrir que pour s’enrichir.

Après avoir visité, par hasard, l’appartement des parents de Caroline, une amie d’enfance qui avait disparue lorsqu’ils avaient 17 ans, il reçoit un message énigmatique.

Qui le ramène à retrouver à la fois Varina, une autre amie d’enfance, très proche elle aussi de Caroline, et du policier qui avait enquêté sur la disparition de cette adolescente.

Aucun de ces trois personnages n’a vraiment réussi à dépasser cette disparition : le policier est tombé dans l’alcool, Mark cambriole et Varina ne se fixe nulle part.

A trois, ils peuvent essayer de faire, 20 ans après sa disparition, le deuil de Caroline. Surtout si de nouvelles informations peuvent les y aider.


Commentaires

Logo de sylvain
samedi 10 mai 2008 à 10h31 - par  sylvain

Encore une fois, l’histoire n’est pas l’élément essentiel de cet opus. Juste le support à la description de ces trois vies totalement chamboulées par un évènement grave : la disparition de Caroline.

Pour Mark, bien sûr, c’est l’amour qui a disparu, et il le recherche partout, chez tout le monde (au sens propre), en quête d’une stabilité qu’il n’arrive pas à mettre en place dans sa vie affective.

Pour Varina, c’est plus complexe. Elle semblait avoir trouvé une vie normale entre Caroline et Mark, qui auraient pu remplacer ses parents, déficients. Avec là aussi, un manque énorme.

Et le policier, lui, a été détruit par son échec...

Comme dans Electric, assez peu de choses sont réellement racontées. Plus souvent suggérées, ou indirectes. Ce qui crée une atmosphère de complicité entre le lecteur et les personnages, un peu comme si nous étions voyeurs de leur vie. Vraiment très bien fait, du grand art.

Navigation

Mots-clés de l'article

Articles de la rubrique