L’homme aux cercles bleus

dimanche 1er mars 2009
par  sylvain
popularité : 49%

Après son début de carrière en province, Jean-Baptiste Adamsberg est nommé commissaire à Paris. Il est précédé de sa réputation de nonchalant génial.

Dès son arrivée, il résoud une première affaire, et s’attire l’admiration de ses hommes, notamment Danglard, le semi-ivrogne trop intelligent pour ce travail de flic, et des autres, qui se font à ses méthodes pour le moins surprenantes.

Et quand un mystérieux personnage commence à entourer de cercles bleus divers objets, la nuit, personne ne s’offusque qu’Adamsberg demande que Danglard fasse un repérage systématique de chacun de ces cercles.

Et heureusement, car bientôt, c’est un cadavre qui est entouré. Puis un deuxième, et même un troisième. Tous sont sur les dents, et finissent par prendre le traceur de cercles. Mais est-il réellement le meurtrier ?


Commentaires

Logo de sylvain
dimanche 1er mars 2009 à 21h28 - par  sylvain

Ce doit être le début de la série des Amdamsberg, et l’auteur présente tous les personnages qui vont ensuite revenir dans les autres opus.

Cela diminue un peu le rythme du livre, mais l’intrigue est néanmoins suffisamment bien ficelée pour que ce ne soit pas gênant.

Ce qui est plus surprenant, c’est l’usage que semble faire Mme Vargas de ce livre : une sorte de catharsis de l’écriture et de la recherche, au travers du personnage de Mathilde.

En effet, celui-ci est sympathique, mais très particulier. Mère de Camille, elle a un rapport forcément incestueux à son personnage principal, dont elle dénie l’intérêt en écrivant : "écrire, c’est rater". Et elle noie ses crises métaphysiques dans des plongées vers la recherche. Le fait que ce soient des poissons n’est pas très important, ça pourrait visiblement aussi bien être le moyen-âge.

Surprenant, non ?